Origo, fournisseur de garanties d’origine, se teste auprès des particuliers

Print Friendly, PDF & Email
(Crédit : Origo)

Fondée en avril 2014 par Ivan Debay, la start-up lyonnaise Origo permet aux entreprises et collectivités de « consommer vert » sans changer de fournisseur d’électricité, grâce à l’achat de garanties d’origine. Après un démarrage réussi auprès des grands consommateurs, Origo teste son offre auprès des particuliers.

« C’est uniquement en achetant des garanties d’origine que vous consommez vert »

Alors que les offres d’électricité verte fleurissent, tant sur le créneau des particuliers que des professionnels, Origo propose une solution apparemment singulière en proposant de verdir sa consommation sans changer de fournisseur. Le principe de départ est en fait très simple : « Nous partageons tous le mêmeam4show have=’g1;g2;g4′ user_error=’Please_Upgrade’ guest_error=’Please_Subscribe’]réseau électrique et l’électricité qui l’alimente est un mix d’énergies fossiles, nucléaire et de renouvelables, quel que soit votre fournisseur », explique Ivan Debay, anciennement salarié de la CNR où il gérait l’un des plus gros portefeuilles de garanties d’origine en France. « De fait, c’est uniquement en achetant des garanties d’origine que vous consommez vert ».

Troisième acquéreur de garanties d’origine en France

Origo propose à ses clients de les accompagner depuis la définition du projet RSE (responsabilité sociétale d’entreprise) ou développement durable, jusqu’aux aspects réglementaires et juridiques liés aux garanties d’origine. Après deux ans et demi d’existence, la start-up a séduit 25 entreprises et collectivités, représentant une consommation annuelle de 1,8 TWh. Ce faisant, Origo est le troisième acquéreur de garanties d’origine « juste derrière EDF et Engie », remarque Ivan Debay.

Des garanties d’origine « exclusivement françaises »

Origo assure la fourniture de garanties d’origines exclusivement françaises, qu’elle se procure via des contrats de gré à gré avec des producteurs (essentiellement d’hydro), des grands comptes et/ou des agrégateurs. En fonction des demandes de ses clients – exigences sur la localisation de la production, sur la nature de l’actif de production, etc – le coût d’acquisition d’une garantie d’origine peut varier de 40 c€ à 3€. « Le marché est peu tendu », assure Ivan Debay. « En France, on génère beaucoup plus de garanties d’origine qu’on n’en consomme : seulement 2 à 3% de la consommation française est ainsi couverte par des garanties d’origine. Par ailleurs, beaucoup de fournisseurs d’énergie s’approvisionnent en garanties d’origine moins onéreuses à l’étranger – Norvège, Suède, Finlande en sont les principaux pourvoyeurs. »

Un concept qui séduit les grands consommateurs, quid des particuliers ?

Le concept séduit particulièrement les grands consommateurs car il leur évite les lourdeurs liés au changement de fournisseur d’électricité : « les grands consommateurs ont souvent des tarifs négociés, valables pour plusieurs postes et plusieurs entités juridiques (leurs filiales, par exemple). Le changement de fournisseur ne peut donc pas être aussi automatique que pour les particuliers », explique Ivan Debay. En 2016, Origo a enregistré 590 000€ de chiffre d’affaires sur le seul créneau des consommateurs professionnels.

Il a décidé de tester sa solution auprès des plus petits consommateurs sans pour autant garantir la pérennité de l’offre : « Notre business model est garanti sur les grands comptes mais nous ne sommes pas encore sûrs que le concept séduise et fonctionne auprès des plus petits consommateurs. Il faut une force commerciale et un service-clients beaucoup plus étoffé », explique Ivan Debay, sans compter que les offres d’électricité verte à des prix inférieurs aux tarifs réglementés sont désormais nombreuses. Origo Energy propose de verdir son électricité pour environ 20€/an, en plus de la facture d’électricité, quel que soit le fournisseur. Si le modèle fonctionne, Origo envisagera de lever des fonds pour se structurer.[/am4show]