Global Cleantech 100 : les Etats-Unis écrasent l’Europe

Print Friendly, PDF & Email

Une fois de plus, les entreprises américaines trustent le Global Cleantech 100 réalisé par le cabinet américain Cleantech Group et le quotidien britannique The Guardian. Mais cette année, les États-Unis grappillent des places au détriment de l’Europe. En France, rien de nouveau, ou presque, par rapport aux éditions 2010 et 2011. Le paysage cleantech n’a pas vraiment bougé dans l’Hexagone à en croire les 75 juges-experts qui ont effectué le classement.

Les États-Unis écrasent l’Europe, Israël fait impression

Les 100 lauréats localisés sur le globe. Les couleurs correspondent au montant de richesse créée (exprimé en trillion de dollars)
Source : The 2012 Global Cleantech 100

Soixante-quatre firmes américaines figurent cette année dans le Top 100 mondial des entreprises éco-innovantes. C’est six de plus que l’année dernière. Et six places prises à l’Europe qui recule, passant de vingt-sept entreprises classées en 2011 à vingt-et-un cette année.

Aux Etats-Unis, la Silicon Valley booste l’éco-innovation : 37 des entreprises américaines sont en effet basées en Californie.

Israël retient l’attention des 75 juges-experts et obtient la deuxième place dans l’index “Global Cleantech Innovation” qui mesure le potentiel d’un pays à faire éclore des compagnies privés innovantes dans les cleantech. Le pays compte six entreprises au classement, soit deux de plus que l’année dernière.

En France, toujours McPhy et Solairedirect

En France, seuls McPhy Energy et Solairedirect figurent au classement, comme l’année dernière. En revanche, la société Recupyl, spécialisée dans le recyclage des piles, quitte le palmarès après trois années dans le Top 100.

Fondée en 2008, McPhy Energy, spécialiste du stockage d’énergie stationnaire, se classe pour la troisième année consécutive dans le Top 100 mondial des entreprises éco-innovantes. L’année 2012 a été particulièrement riche pour la PME grenobloise qui poursuit son développement à l’international. Elle participe notamment, en Italie, au projet européen de stockage d’énergie solaire, Ingrid. C’est le plus gros projet au monde de stockage d’énergie à base d’hydrogène, avec une capacité de stockage de 39 MWh. En mai dernier, McPhy Energy a recruté un ancien dirigeant de Siemens, Roland Kaeppner, pour déployer sa nouvelle filiale allemande. Employant une quarantaine de personnes, elle est soutenue par les fonds d’investissement belge Gimv, français Sofinnova, Amundi Private Equity, Emertec et par l’industriel Areva.

Fondé en 2006, Solairedirect, opérateur indépendant d’électricité solaire, s’installe de nouveau dans le classement mondial. Lauréate en 2009, l’entreprise avait été exclu en 2010 avant de revenir en 2011. Pionnière de l’électricité solaire en France, elle mise sur une électricité accessible à moins de 100€ le MWh produit. Elle dispose aujourd’hui d’implantations en Afrique du Sud, Inde, Chili, Thaïlande, Chine et aux Etats-Unis et compte 300 collaborateurs. Elle est soutenue par de puissants investisseurs tels que Ofivalmo Capital, Demeter, Techfund et Aster Capital.

8 285 entreprises au départ

Pour participer, les candidats doivent être des entreprises indépendantes, développant des technologies propres et non cotées sur une place financière internationale. Cette année, 8 285 entreprises provenant de plus de 85 pays ont concouru au Global Cleantech 100. Le jury, composé de 75 membres (investisseurs internationaux et cadres dirigeants d’entreprises multinationales), a sélectionné les 100 lauréats. Au final, 13 pays sont représentés. Seuls l’Inde et la Chine représentent le monde non occidental.

Pour aller plus loin :

Le rapport du Global Cleantech 100 édité par le Cleantech Group

La carte interactive des 100 entreprises développée par The Guardian