En bref : Ademe, Rhodia, Nexans, solaire

Print Friendly, PDF & Email

France

  • Ademe en 2012

La période de transition politique actuelle coïncide avec la publication par l’Ademe d’un bilan de son activité 2011, complété par quelques perspectives 2012. Les Investissements d’avenir lancés l’année dernière par exemple, pour lesquels l’Ademe est responsable de plusieurs programmes, ont structuré une partie des éco-actions de l’agence publique. Ainsi, si seulement 26 projets démonstrateurs ont été lancés dans ce cadre en 2011, cette année  devrait connaître une effervescence d’initiatives soutenue. Des fonds 2012 du Grenelle Environnement seront aussi mobilisés : chaleur renouvelable (238 M€), déchets (209 M€), sites pollués et friches (32 M€) ou encore bruit (16 M€). De son côté, le Club Ademe International, réunissant 130 éco-entreprises, pourrait se renforcer. Pour 2012, « nous espérons assister à un véritable décollage de la croissance verte essentielle pour une compétitivité renforcée des entreprises françaises », évoque François Loos, président de l’agence, dans cette publication, disponible sur le site de l’Ademe.

International

  •  Eolien en mer

Nexans continue sa route sur le marché éolien offshore, où il est ambitieux sur tous les continents. Il vient de remporter auprès du danois Dong Energy le raccordement de la ferme West of Duddon Sands (389 MW), située en mer d’Irlande, au large de l’Angleterre, et développée en partenariat avec ScottishPower Renewables (Iberdrola). Les 122 km de câbles de raccordement inter-éoliennes, et les 2 km de câbles liés à la sous-station offshore seront livrés à partir de l’été 2013. Ce contrat est la première tranche d’un accord cadre entre la filiale allemande de Nexans et Dong portant sur la fourniture de 900 km de câbles moyenne tension. Le danois va ainsi acheter jusqu’à 150 km de câbles paran dans les prochaines années pour équiper ses projets. À noter que Dong a remporté en avril dernier avec EDF Energies Nouvelles trois parcs offshore en France, dont la construction est prévue à l’horizon 2016.

  • Chimie du végétal

La nature se met au service de la chimie du futur, et les industriels sont en ordre de bataille. Le chimiste belge Solvay pousse ses recherches sur la chimie du végétal, via sa filiale française Rhodia. Celle-ci vient de signer un partenariat de développement avec le Laboratoire National Scientifique et Technologique du Bioéthanol (CTBE) au Brésil, pour approfondir leurs travaux sur des molécules à forte valeur ajoutée à partir de biomasse de canne à sucre. Les recherches auront lieu au Brésil, d’abord pendant deux ans dans le laboratoire du CTBE, puis dans son usine pilote. Une aide de 7 millions de réals brésiliens (BRL – soit 2,8 M€ environ) est apportée à l’initiative par la Banque de développement d’état du Brésil, la Banco Nacional do Desenvolvimento Econômico e Social (BNDES), sur trois ans.