En bref : REC, Siemens, Linky, Ademe, solaire aux Etats-Unis

Print Friendly, PDF & Email

France

  • Smart grid

Nouveau rebondissement dans le dossier Linky : après le blocage des négociations entre ERDF et les collectivités territoriales sur la propriété des futurs compteurs communicants français, l’association de consommateurs UFC-Que Choisir saisit le Conseil d’Etat afin qu’il annule leur déploiement. Elle a déposé un recours pour excès de pouvoir contre l’arrêté de généralisation de Linky de janvier dernier. Elle estime qu’il ne respecte pas assez les intérêts des consommateurs, notamment en termes de respect de confidentialité des données et « d’absence d’évaluation probante préalable à la généralisation ».

  • Politique publique

L’Ademe vient d’être placée sous l’autorité des préfets, malgré la colère des syndicats CFDT, SNE-FSU, CGT et FO qui dénoncent un texte portant « atteinte à la mise en œuvre de la politique publique de l’environnement et de l’énergie » de façon autonome et neutre. Le décret, daté du 18 avril 2012, fixe plus généralement la liste des établissements publics de l’Etat dont le préfet devient le délégué territorial, comme l’Ademe mais aussi l’Anah (Agence nationale de l’habitat) ou l’Onema (Agence nationale de l’eau et des milieux aquatiques).

International

  • Solaire en Norvège

La concurrence chinoise et la chute continue des prix des wafers de silicium conduisent le groupe REC, dont les pertes se creusent, à fermer son dernier site de production en Norvège. Fin octobre 2011, l’entreprise avait déjà annoncé l’arrêt de la moitié de ses usines norvégiennes de wafers. Puis en mars dernier, il a décidé d’arrêter son site de Glomfjord de 300 MW (200 salariés), dont il avait déjà réduit de moitié la production. Mais après une nouvelle perte de 27,6 M€ (209 M couronnes norvégiennes) au premier trimestre 2012 pour un chiffre d’affaires de 273,8 M€ (2 138 M NOK), il cesse l’activité de son dernier site, Heroya, de 650 MW (460 salariés). Il garde ses usines aux Etats-Unis et à Singapour.

  •  Eolien offshore en Allemagne

Comme prévu, l’éolien offshore plombe les résultats de Siemens : l’industriel allemand a perdu 278 millions d’euros au 2e trimestre de son exercice actuel (clos fin mars) dans son activité de réseau électrique et voit son bénéfice net reculer de 64% sur un an, à 1,015 milliard d’euros. Après avoir déjà annoncé une perte de 203 millions d’euros au trimestre précédent liée à des retards dans le raccordement au réseau de plusieurs parcs, le groupe a indiqué qu’il raterait de 600 à 800 millions d’euros son objectif annuel de 6 milliards d’euros.

  • Solaire aux Etats-Unis

Le Département de l’énergie américain (DOE) veut soutenir l’innovation pour la prévision de l’énergie solaire. Dans le cadre de son programme SunShot Initiative, le gouvernement lance un appel à projets de R&D doté de 9 millions de dollars sur 3 ans, pour un ou deux projets menés par des laboratoires, universités ou industriels. Les dossiers seront financés en fonction de leur capacité à innover dans les prévisions météorologiques pour mieux anticiper la production d’énergie solaire du pays.

Article précédentLe projet solaire de Soitec, star des Investissements d’avenir
Article suivantNouvelle frénésie solaire en Allemagne (Premium)

Comments are closed.