En bref : Photowatt, TMW, BNP Paribas Clean Energy, éolien au Maroc

Print Friendly, PDF & Email

France

  • Solaire

Semaine cruciale pour Photowatt : les offres de reprise du seul fabricant français intégré de panneaux photovoltaïques doivent être déposées au Tribunal de commerce de Vienne (Isère) au plus tard ce vendredi 13 janvier. Le dossier « a suscité plus de dix marques d’intérêt » dont certaines « émanant de sociétés de taille importante et qui semblent crédibles », a indiqué aujourd’hui le président du tribunal de commerce, Pierre Sibut, à l’AFP. Trois offres françaises se détacheraient ainsi du lot, dont celle de STMicroélectronics, qui a cependant démenti cette information. Solarezo serait également sur les rangs. Le tribunal de commerce serait prêt à accorder un délai supplémentaire aux éventuels repreneurs, qui seront connus au plus tard début février. La situation financière de la société ne lui permettrait pas de survire au-delà.

  • Eau

La société parisienne TMW a vendu son premier système de dessalement de l’eau de mer, le module Aquastill, à l’entreprise espagnole Aora Solar, qui développe des centrales thermiques hybrides. Il doit être mis en service dans les prochains jours en Andalousie et sera alimenté par l’énergie solaire. Ce module a été vendu à 30 000 €, mais TMW estime que le prix de vente devrait rapidement se situer autour de  5 000 € pour un module d’une capacité de 1m3 / jour, après industrialisation. La technologie de TMW, qui a nécessité dix ans de R&D et 5 millions d’euros d’investissement, reproduit le cycle naturel de l’eau pour produire de l’eau douce à partir de l’eau de mer en utilisant une énergie 100% renouvelable (solaire ou géothermie) ou de la chaleur perdue.

International

  • Biomasse

Après l’éolien et le photovoltaïque, le fonds Clean Energy de BNP Paribas se lance dans la biomasse :  il vient d’acheter au développeur Eco2 une centrale de 38 MW qui utilisera de la paille comme combustible. Installée à Sleaford, dans le Lincolnshire, dans le nord-est de l’Angleterre, elle couvrira les besoins en électricité de 65 000 foyers. Eco2 assurera l’exploitation et l’électricité produite sera achetée par l’énergéticien norvégien Statkraft dans le cadre d’un PPA (Power purchase agreement). Le montant de la transaction n’a pas été dévoilé. Le fonds Clean Energy, lancé en 2008 et basé à Londres, prévoit d’autres investissements dans la biomasse. Il est actif au Royaume-Uni, en Irlande, en Italie et en France.

  • Éolien

Le Maroc continue d’avancer dans l’éolien et lance la phase de pré-qualification pour son programme intégré de 1.000 MW (production d’énergie, promotion de la filière industrielle marocaine, développement d’une expertise nationale et renforcement de la R&D). Suite à cette manifestation d’intérêt, un appel d’offres sera lancé au second semestre 2012 pour développer, construire, financer et exploiter cinq parcs éoliens d’une puissance cumulée de 850 MW. Un sixième parc de 200 MW (pour la fourniture des équipements) fait aussi partie du dispositif, piloté par l’Office National de l’Electricité (ONE), l’opérateur national du réseau électrique. Les candidats ont jusqu’au 2 mars prochain pour se manifester. Pour plus d’informations : site de l’ONE.