Course pour les fondations des éoliennes offshore en Grande-Bretagne

Print Friendly, PDF & Email

fondations-eoliennes-offshore

Celui qui saura construire des fondations solides et bon marché pour les éoliennes offshore britanniques gagnera 20 millions de livres, et peut-être un marché de 2,5 milliards de livres. Ce prix de 20 millions est offert par l’agence publique britannique Carbon Trust et cofinancé  par cinq grands groupes d’énergie (multi-énergie ou pur éolien) : le danois Dong Energy, l’irlandais Airtricity, l’allemand RWE nPower, l’écossais ScottishPower Renewables (filiale de l’espagnol Iberdrola) et le norvégien StatoilHydro.

Pour gagner ce concours, il faut réduire de 30% le coût de construction des fondations des éoliennes.

Actuellement les éoliennes en mer sont généralement plantées sur un cylindre de béton installé au fond de l’eau, un procédé lourd et cher, qui pèse 20% du coût d’installation des éoliennes offshore, et encore plus si elles sont installés en eaux plus profondes comme veut le faire la Grande-Bretagne dans ses vastes projets éoliens.

Le développeur belge de parcs éoliens C-Power a détaillé sur son site les phases de construction des fondations d’un parc éolien offshore .

La Grande-Bretagne, devenue en octobre numéro un mondial de l’éolien offshore, devant le Danemark, compte déjà environ 600 MW d’éoliennes offshore déjà installées et en vise plus de 20 GW à terme. Selon l’association européenne de l’éolien, le Danemark et la Grande-Bretagne comptent à eux deux 1 GW d’éolien offshore, soit 80% du parc offshore européen.

Peuvent concourir les cabinets d’ingénieurs, les universités et les instituts de recherche, qui recevront le prix pour construire un site pilote. Le concours est ouvert jusqu’au 11 mai. Carbon Trust croit notamment à la possibilité d’établir des plate-forme flottantes.

L’agence britannique — plus puissante que l’Ademe en France — estime que les éoliennes offshore pourraient fournir 20% de l’électricité consommée en Grande-Bretagne d’ici 2020 et créer 70.000 emplois, réduisant les émissions du pays de 14% en générant un chiffre d’affaires de 8 milliards de livres.

Il faudrait pour cela installer 15.000 nouvelles fondations d’éoliennes, un marché de 2,5 milliards de livres pour les constructeurs. C’est tout l’enjeu du concours.

L’éolien offshore est encore très modeste en Europe mais il se développe à toute vitesse : en Europe, sur plus de 8,4 GW de nouvelles capacités éoliennes installées en 2008, 357 MW étaient situées offshore, selon le dernier rapport du Global Wind Energy Council. Aujourd’hui, l’éolien offshore représente un total de 1 471 MW. Soit environ 2,3% des capacités totales éoliennes de l’Europe. Mais au fur et à mesure qu’il se développera, il faudra investir dans des lignes haute tension.