Malgré la crise, Vestas investit massivement

Print Friendly, PDF & Email

Vestas reconnaît des gels de commandes mais est loin de céder au pessimiste. Le groupe a enregistré une très belle année 2008, avec une hausse de 75% de son bénéfice net à 511 millions d’euros et plus de 6 milliards d’euros de chiffre d’affaires (contre 4,8 milliards en 2007). Pour 2009, il anticipe une hausse de 20% de ses ventes à 7,2 milliards d’euros. Mi-février, le groupe affirmait avoir engrangé 4 800 MW de commandes en stock, et ne pas avoir enregistré d’annulation.

L’entreprise estime que ce stock devrait lui permettre de tenir bon jusqu’en 2010, et que, d’ici là, l’impact de la crise se sera atténué. Une analyse confortée par une étude du Global Wind Energy Council, présentée lors de la conférence européenne sur l’énergie éolienne qui se tient à Marseille : elle montre que si la crise financière affecte actuellement le marché, les perspectives restent très bonnes, notamment grâce à l’accent mis sur les énergies renouvelables dans les plans de relance.

Les capacités installées dans le monde devraient grimper à 332 GW en 2013, contre 120 en 2008, soit un taux de croissance annuel de 22%, un peu plus faible que les 28% enregistrés depuis dix ans. L’Amérique du nord, la Chine et l’Europe sont les trois régions les plus dynamiques.

Face à ces perspectives de croissance, Vestas a prévu d’investir 1,2 milliard d’euros en 2009 et vient d’annoncer un investissement de près de 70 millions d’euros en Chine pour une nouvelle usine.

Le groupe va également mettre sur le marché deux nouveaux modèles de turbines dans les prochains mois, la V112-3.0 MW puis la V100-1.8 MW.

Vestas érige une éolienne toutes les trois heures dans le monde. Fin 2008, il avait livré plus de 38 000 turbines dans le monde, générant plus de 60 millions de MWh par an, suffisamment d’énergie pour satisfaire les besoins de plusieurs millions de foyers, selon lui.

1
2
Article précédentSuccès des « pellets » : le chauffage aux granulés de bois croît de 20% par an en France
Article suivantL’Autriche met le carbone aux enchères