Le Grand Est prépare sa Sem énergie, innove sur l’hydrogène

Print Friendly, PDF & Email
@JPP

Devenir « un modèle de la nouvelle ère industrielle européenne » : telle est l’ambition du Grand Est exprimée par son président Jean Rottner. La région a dévoilé hier à Strasbourg son « business act 2 », un plan de transformation qui succède à son plan de relance de juillet 2020. L’énergie en est un des vecteurs majeurs, à l’intérieur du volet écologie. Le plan en compte trois autres  : industrie, numérique et santé. Le tout a été présenté lors d’un congrès consacré à cette mobilisation.  

Volontariste, construite en collaboration avec l’État, la politique énergétique du Grand Est doit commencer à tirer la région vers la neutralité carbone en 2050. Le territoire dispose d’atouts naturels à cet égard comme l’abondance de la ressource en bois, son potentiel en biogaz d’origine agricole, le gisement éolien – c’est déjà la deuxième région française par le parc installé – entre autres. Il doit compenser par ailleurs l’arrêt de deux grands moyens de production électrique, Fessenheim et bientôt la centrale à charbon de Saint-Avold.

Investir directement dans les énergies renouvelables

Des douze initiatives issues du business act saison 2, on en retiendra trois. En commençant par ...

Article précédentPrix de l’énergie : les pistes pour limiter la hausse
Article suivantRGreen Invest vers des projets plus amont et aussi hors Europe