Flexibilités : Enedis passe aux choses sérieuses avec Reflex

Print Friendly, PDF & Email
(c) Enedis

Raccorder plus et plus vite les centrales solaires et éoliennes, en contrepartie d’un rabotage ponctuel des volumes injectés dans le réseau pour éviter de redimensionner les transformateurs : Enedis travaille sur cette source d’économies depuis 2018 et a franchi une première étape l’an dernier avec un appel d’offres pour des capacités d’écrêtement dans le Nord, le Morbihan, Paris, le Gard et la Côte d’Azur. Il passe un autre cap aujourd’hui, grâce à une décision du 16 juillet du ministère de la Transition écologique. Elle rend possible de modifier les contrats d’accès au réseau en fonction des économies de raccordement. Une latitude ouverte pour quatre ans, dans le cadre du « bac à sable » réglementaire de la Commission de régulation de l’énergie. Cette décision est à relier à un arrêté pris quatre jours plus tôt sur les conditions des offres dites de « raccordement alternatif »

Optimiser les S3REnR

Le tout, préparé de longue date et aussi inspiré par les travaux de l’UFE, se traduit par un top départ donné aujourd’hui même au projet « Reflex » du gestionnaire de réseau. Il consiste à ...

Article précédentBornes de recharge : Allego part en Bourse via un « Spac »
Article suivantHydrogène : RotH2 convertit le stockage haute pression