Hydrogène : Teréga est gâté par la géographie

Print Friendly, PDF & Email
(@Teréga)

L’hydrogène d’origine renouvelable sera-t-il un jour la deuxième chance de Teréga, créé pour transporter le gaz du gisement de Lacq (Pyrénées-Atlantiques) désormais épuisé ? C’est ce que veut croire ce réseau de 5 127 km implanté dans le Sud-Ouest, à un point névralgique entre les centrales solaires espagnoles et les possibles consommateurs d’hydrogène du Nord de l’Europe. D’où l’intérêt qu’il porte au projet de Dorsale européenne de l’hydrogène, un réseau de 40 000 km à travers le continent avec des points de passage au pied des Pyrénées, imaginé complet en 2040.

Teréga multiplie les partenariats

« La dorsale donne à Teréga une position stratégique, trois connexions sont à l’examen actuellement entre la France et l’Espagne », confirme Dominique Mockly, directeur général, lors de ...

Article précédentTertiaire : les réseaux de chaleur défendent leur place
Article suivantL’Ile-de-France prête à tester l’hydrogène dans ses aéroports

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here