L’arrêté tertiaire « valeurs absolues » conserve les ambitions initiales

Print Friendly, PDF & Email
(Crédit : Flickr/OnInnovation)

L’arrêté sur les modalités d’application du décret tertiaire de 2019 est paru hier 17 janvier au Journal Officiel. Surnommé « arrêté valeurs absolues », il fixe les niveaux de consommations énergétiques à atteindre en 2030, pour trois secteurs : les bureaux, l’enseignement et la logistique (sauf les entrepôts à température ambiante), pour leurs bâtiments de plus de 1 000 m2. Et fournit ainsi une alternative à l’autre objectif proposé en 2020 par les pouvoirs publics : une diminution de 40% des consommations dans 10 ans par rapport à une année de référence choisie dans la décennie 2010. N’y figurent pas les commerces et la grande distribution, entre autres, qui feront l’objet d’un autre texte à fort enjeu et dont le calendrier reste flou. Les consommations en outre-mer sont aussi reportées à plus tard.

Quels impacts pour 3 000 bureaux étudiés ?

Comme le fait remarquer Benoit Dubois-Taine, associé du cabinet de conseil ECH Energie, « la principale surprise du texte réside dans le fait qu’il n’y en a pas », que les valeurs absolues pour les bureaux n’ont pas été revues à la baisse par rapport au premier projet du 30 septembre. Le gouvernement a ainsi tenu bon face aux demandes de l’immobilier de bureaux, confronté à la crise économique et qui souhaitait un assouplissement des exigences. Ce que confirme Vincent Bryant, ...

Article précédentTotal devient actionnaire du premier développeur solaire mondial
Article suivantLa mobilité électrique aérienne bientôt expérimentée en Ile-de-France