« L’année est stratégique pour les réseaux de chaleur » [Aurélie Lehericy, SNCU]

Print Friendly, PDF & Email
Aurélie Lehericy, @SNCU

Surtout, ne pas rater 2021. La présidente du Syndicat national du chauffage urbain (SNCU) le proclame : pour croître pendant la décennie, les réseaux de chaleur ont peu de temps pour convaincre les nouveaux conseils municipaux. Comment y parvenir dans une ambiance dégradée par la crise et la concurrence persistante du gaz naturel ? Les réponses de cette nouvelle porte-parole du secteur, succédant à Thierry Franck de Préaumont, et directrice générale adjointe d’Engie Solutions villes & collectivités.

GreenUnivers : Les élections municipales ont eu lieu tant bien que mal l’année dernière mais les conseils sont désormais bien installés. Est-ce que cela fait de 2021 une année clé pour les prises de décisions sur les réseaux de chaleur ?

Aurélie Lehericy : C’est exactement cela, 2021 est stratégique de même que 2022. Il faut plusieurs années pour construire ou rénover un réseau et les décisions se prennent en début de mandat. La bonne nouvelle ? Les collectivités s’intéressent de plus en plus aux réseaux de chaleur et de froid, comme le montre la multiplication des appels d’offres en ce moment. L’autre signal encourageant : le Fonds chaleur dispose de moyens renforcés, ce qui stimule les donneurs d’ordre.

GU : Les indicateurs sur les travaux réalisés en 2020 ne sont pas encore connus. Avez-vous malgré tout un aperçu de l’activité ?

AL : C’est un peu tôt pour l’apprécier. L’année nous semble avoir été dense en volume. Ce dont je suis sûre, c’est que sur une décennie, nous sommes passés de 400 à presque 800 réseaux et que 2,5 millions d’équivalents-logements sont approvisionnés. Tous les nouveaux réseaux affichent une part d’énergie renouvelable et de récupération supérieure à 65%. Il reste à augmenter le taux dans l’existant.

GU : Ce qui passe sans doute par la disparition des réseaux au charbon !

AL : Ils représentent ...