Le Fonds chaleur en manque de projets ?

Print Friendly, PDF & Email
(c) Idex

La filière de la chaleur renouvelable a longtemps demandé plus de soutiens publics, en particulier via le Fonds chaleur de l’Ademe. Mais celui-ci, plutôt bien doté désormais, pourrait en fait manquer… de projets à soutenir. En cause, le triple effet de la crise Covid-19, du retard des élections municipales et du faible prix du gaz. « Pour le second semestre et l’année 2021, je n’ai aucune confiance quant à la pleine utilisation des moyens mis à disposition par le Fonds chaleur et l’Ademe. L’arrêt actuel des chantiers de raccordement a de fortes chances d’inciter des abonnés potentiels à réviser leurs intentions, encouragés de surcroît par le faible prix du gaz. Or, un nombre d’abonnés plus étroit ...

que prévu augmente le coût des extensions en préparation « , s’inquiète Guillaume Perrin, chef du service des réseaux de chaleur et de froid à la FNCCR*.

Une TVA de combat ?

Quant au report du second tour des municipales, il gèle un peu plus des projets déjà suspendus avant les élections : « les décisions des conseils municipaux non renouvelés restent légitimes lorsque les enveloppes budgétaires n’augmentent pas par rapport aux années précédentes. En revanche, il est impossible d’engager de nouveaux investissements sur plusieurs années. Seules les études de faisabilité peuvent se poursuivre », constate ce spécialiste.

En contact avec les pouvoirs publics sur le sujet, comme les autres promoteurs de la chaleur renouvelable, la FNCCR estime nécessaire d’examiner un plan de soutien plus vigoureux et par exemple une baisse de la TVA sur les raccordements, de 20% à 7%. Cela dit, la conjoncture n’est pas le seul souci des promoteurs des réseaux de chaleur. Interrogé sur le sujet avant la crise du coronavirus,Thierry Franck de Préaumont, PDG d’Idex et président du syndicat professionnel SNCU, estimait que son adversaire principal n’était pas le gaz fossile mais l’électricité, soutenue par un nouveau coefficient de conversion depuis l’énergie primaire ”aberrant et injustifié”. Selon le dirigeant, le nouveau calcul des pouvoirs publics affaiblit la chaleur renouvelable, en particulier dans les nouveaux quartiers.

* Fédération nationale des collectivités concédantes et régies