Tarifs solaires pré-2011 : la bataille commence, l’Etat en position confortable

Print Friendly, PDF & Email
© Assemblée Nationale

Sidérés il y a un mois et demi, se mobilisant progressivement mais espérant quand même jusqu’à ce week-end que le gouvernement renoncerait finalement à ses intentions pourtant confirmées le 29 octobre, les producteurs et financeurs photovoltaïques concernés par la remise en question de quelque 800 contrats d’achat d’électricité conclus entre 2006 et 2010 n’ont désormais plus le choix. Il leur faut mener la bataille pour espérer échapper à la baisse de revenus basés sur un prix de l’électricité (jusqu’à 600 €/MWh) que les pouvoirs publics considèrent comme excessif après un amendement au projet de Loi de finances pour 2021 (PLF 2021) déposé samedi.

La joute sera d’abord parlementaire et a commencé aujourd’hui à l’Assemblée nationale, avec l’examen de la deuxième partie du PLF. Plusieurs dizaines de députés, surtout LREM et Modem, ont été contactés ces derniers jours par les animateurs de Solidarité Renouvelables, de même que des élus locaux. Ce collectif opposé à la renégociation a par ailleurs publié hier une tribune signée par 300 acteurs des EnR dont des banques et fonds d’investissement mais pas par les grands énergéticiens, finalement. Le même lobbying débute auprès des sénateurs, sachant que l’amendement devrait être examiné par la Haute Assemblée le 27 novembre. Des soutiens plus politico-médiatiques sont aussi recherchés et parfois obtenus, comme ...