A quoi sert le fonds d’Enercoop dédié à la précarité énergétique ?

Print Friendly, PDF & Email
(c) Pixabay

Énergie Solidaire, le fonds de dotation soutenu par Enercoop, organise un nouvel appel à projets pour financer des initiatives destinées à lutter contre la précarité énergétique. Doté de 90 000 €, abondé par des clients du fournisseur d’énergie coopératif, cet appel vise en particulier des projets d’accompagnement des ménages modestes vers des travaux conduisant à l’atteinte d’un niveau BBC, et ceux participant à la mobilisation des bailleurs et locataires.

1 kWh = 1 centime

Énergie Solidaire est géré par l’association des amis d’Enercoop. Le fonds collecte les micro-dons des clients d’Enercoop, généralement 1 centime par kWh consommé. Lancé en septembre 2018, il comptabilise 2 500 donateurs pour une moyenne de 8 000 €/mois. Outre Enercoop, l’autre principale source du fonds provient de fondations d’entreprises, en l’espèce les fondations de Rexel, Schneider Electric et de la Macif, qui apportent ensemble 80 000 € par an pendant 3 ans. Des dons en énergie sont également acceptés, par exemple des installations en autoconsommation qui reversent leur surplus à Enercoop, qui par la suite le monétise pour alimenter le fonds. Une source de revenus qui reste néanmoins marginale – « quelques centaines d’euros par an » indique Kevin Chaplais, délégué général d’Energie Solidaire. Il explique : « la lutte contre la précarité énergétique est depuis le début intégré dans la stratégie d’Enercoop mais jusqu’ici peu développée. Nous avons cherché à nous intégrer dans l’écosystème existant d’accompagnement des ménages. Nous ne sommes pas des spécialistes mais nous pouvons apporter un soutien à ceux qui s’y dédient ».

L’appel à projets est destiné à des associations qui accompagnement les ménages très modestes vers l’atteinte de hautes performances énergétiques de leur logement, ou alors qui font un travail de médiation entre les bailleurs d’une part et leurs locataires. « Ces deux thématiques ont été décidées par notre Comité d’engagement composé notamment d’associations spécialistes du sujet comme Abbé Pierre ou Rénovons! mais aussi des représentants des micro-donateurs et des fondations d’entreprises qui nous soutiennent », détaille Kevin Chaplais.

Passer par la santé

Si l’ambition de ce modeste fonds n’est naturellement pas de se substituer à la politique publique en matière de rénovation énergétique, Kevin Chaplais estime néanmoins que bien ciblées, ces sommes pourraient avoir un impact : « Nous cherchons des projets pour lesquels cette dotation permettrait de déclencher des opérations, d’être en quelque sorte un game changer ». Il constate en effet que de nombreuses aides financières existent mais qu’il est compliqué pour un ménage modeste de s’y retrouver. Un accompagnement dans ces démarches administratives fait partie des initiatives efficaces en termes de passage à l’acte.

Energie Solidaire s’attache également à croiser les thématiques sociales, là encore pour davantage d’efficacité. Le précédant appel d’offres a distribué trois lots de 10 000 euros à des structures dont l’une travaille sur les effets induits de la précarité énergétique sur la santé : Quercie énergie. Elle organise des visites à domicile pour analyser le logement (calcul du taux d’humidité, prélèvement de moisissures) et déterminer les liens probables avec des pathologies existantes de ses habitants. « Les thématiques énergétiques et de santé sont intimement liées, or cette dernière est trop peu considérée lorsque l’on parle de rénovation énergétique. C’est d’autant plus dommage que les acteurs de terrain ont constaté que les personnes avaient tendance à être davantage incitées à agir lorsque leur santé était impactée », affirme Kevin Chaplais.

         [/restrict-content]