« L’éolien flottant compte trois marchés-clés » [Bruno Geschier, Ideol]

Print Friendly, PDF & Email

Entretien avec Bruno G. Geschier, directeur marketing et commercial d’Ideol, président du comité World Forum Wind Offshore –

Taïwan, Californie, Afrique du Sud, Canaries … : l’intérêt pour l’éolien flottant va croissant partout sur la planète et suscite des annonces de la part d’énergéticiens, de développeurs et de start-up. Mais où sont les marchés confirmés ? Et où en sont-ils ? Tour d’horizon avec Bruno G. Geschier, en charge du développement commercial du fabricant français de flotteurs Ideol, pionnier du secteur avec le norvégien Hywind (Equinor) et l’américain Principle Power.

Bruno Geschier (@Ideol)

GreenUnivers : L’intérêt pour l’éolien flottant est vif un peu partout dans le monde, là où les fonds marins plongent rapidement. Mais au-delà des déclarations d’intention, où se trouvent les vrais « hot spots » du développement ?

Bruno Geschier :  Pour le savoir, il faut croiser trois critères : des objectifs nationaux en termes d’éolien offshore, une politique environnementale favorable, un cadre réglementaire et tarifaire approprié. Une bathymétrie propice à proximité de zones urbaines étant par ailleurs sous-entendue. Trois pays se qualifient pour l’instant : la Grande-Bretagne – en l’occurrence l’Ecosse – la France et le Japon. De nombreux endroits du monde sont certes propices, comme la Californie, Taiwan, ...