La production EnR portée par l’éolien et les pompes à chaleur

Print Friendly, PDF & Email
(Crédit : Innogy)

Pas encore officiel, mais quasi certain : la France va rater son objectif de développement des énergies renouvelables en 2020, fixé à 23% de la consommation finale brute d’énergie. Le Commissariat général au développement durable (CGDD) vient en effet de publier des données provisoires pour 2019, à consulter ci-dessous. Résultat : la part des renouvelables a certes augmenté de 0,6 point, « tirée notamment par la hausse de la production d’énergie éolienne et celle des pompes à chaleur », souligne le CGDD. Mais elle n’a atteint que ...

17,2% de la consommation finale. Loin donc – à un an de l’échéance – des 23% visés pour cette année.

+12% dans les pompes à chaleur

La production EnR est tout de même globalement à la hausse dans chaque filière. Dans l’électricité, la consommation finale brute de renouvelables a progressé de 4% en un an à 113 TWh. Dans le détail, hormis une baisse dans l’hydraulique (-0,5% à 60,3 TWh), la production a augmenté dans l’éolien terrestre (+12,6% à 32,3 TWh), dans le photovoltaïque (+7,5% à 11,4 TWh), dans la biomasse solide et les déchets (+2,8% à 6,2 TWh) et dans le biogaz, en ce qui concerne la valorisation électrique (+9,2% à 2,6 TWh). Elle reste inchangée, à un niveau bas, dans les énergies marines (0,5 TWh) et la géothermie électrique (0,1 TWh).

Dans la chaleur et le froid, la France a consommé l’an passé 158 TWh d’EnR (en énergie finale brute). Soit une hausse de 3% en un an. La biomasse solide et la valorisation des déchets représentent 73% de cette demande. Leur contribution n’a que très peu augmenté (+0,9% à 114,9 TWh). « Le marché des pompes à chaleur reste en revanche dynamique », souligne le CGDD, la barre du million d’unités vendues ayant été dépassée. « La consommation d’énergie qui en est issue s’élève à 34 TWh en 2019, en augmentation de 12% sur un an. »

Les autres filières thermiques se développent, mais à un rythme moins soutenu. La production solaire thermique s’est accrue de 3,4% à 2,2 TWh. On notera tout de même la progression significative du biogaz (pour les usages chaleur) de +12,4%, à 4 TWh. Côté agrocarburants, enfin, la demande est en légère hausse de 2%, due en particulier au bioéthanol. Toutes ces données s’inscrivent dans un contexte de très légère baisse l’an passé de la consommation française d’énergie (-0,5%).

  • Découvrez l’ensemble des données 2019 du CGDD sur les EnR ci-dessous (ou ici en PDF)