Agripower réussit son introduction en Bourse

Print Friendly, PDF & Email
Une unité de production de biométhane près d’une ferme laitière à Brest (Bretagne) © Ilek

Agripower a fait hier son introduction sur Euronext avec brio. La petite société de Carquefou (Loire-Atlantique) réalise à cette occasion une augmentation de capital de 5,75 M€, abondée par des institutionnels et de nombreux particuliers visiblement séduits par cet intégrateur de solutions de méthanisation. L’offre a été sursouscrite près de 5 fois et l’action a pris 20% dès la première journée de cotation.

Valorisation à 15,8 M€

Le montant brut de l’opération s’élève à 6,75 M€ dont 5,75 M€ en augmentation de capital, et 1 M€ de produit de cession d’actions existantes par le principal actionnaire Lyce Conseil, société appartenant à Eric Lecoq, le PDG d’Agripower. Discret sur l’identité des institutionnels qui représentent l’essentiel de l’opération (5,74 M€), Eric Lecoq indique ...

qu’il s’agit de fonds actifs dans les énergies renouvelables, confirmant l’intérêt grandissant de ces acteurs financiers dans le biogaz à l’image de Swen Capital, Meridiam ou encore Demeter. Eiffel Investment Group a participé à l’opération pour un montant proche des 500 000 €. Des exploitants de sites de méthanisation feraient également partie des nouveaux actionnaires de l’entreprise, qui affiche désormais un flottant de 42,72%. Grâce à un pacte d’actionnaires bien négocié, Lyce Conseil conserve 72,84% des droits de vote.

(c) Agripower

Au final, l’opération valorise la société à 15,8 M€, pour un chiffre d’affaires de 7,2 M€ sur l’exercice clos au 30 juin 2019 (+44% par rapport à l’exercice précédent) et un résultat d’exploitation de 732 500 €. Agripower compte un parc installé de 50 unités de méthanisation installées : 5 collectives (2 999 kWe) et 45 individuelles (1 639 kWe). Son portefeuille de projets est bien fourni avec 6 unités collectives (dont 4 en injection) et plus de 100 unités individuelles. Le carnet de commandes représente 33 M€, à réaliser d’ici 2021. L’entreprise vise un CA de 40 M€ en 2023. Des chiffres qui expliquent sans doute le vif intérêt des investisseurs institutionnels, comme particuliers. Avec 14 M€, Agripower a généré la plus forte demande des particuliers enregistrée sur Euronext depuis mai 2018.

Donner de la visibilité

Interrogé par GreenUnivers sur la pertinence d’entrer en Bourse dans un contexte de taux d’intérêt au plus bas, Eric Lecoq explique : « Cela a des vertus certaines pour le haut de bilan mais pas uniquement. Nous étions jusqu’ici assez discrets. Or, nous entrons dans une nouvelle phase de développement. Je voulais de la visibilité pour rassurer nos futurs clients et attirer des talents ». Ce chef d’entreprise d’une cinquantaine d’années passé par les télécoms au début des années 2000, puis le génie climatique et le solaire a fondé Agripower en 2012 à Carquefou.

Il se positionne en tant qu’intégrateur de solutions de méthanisation clé en main. Il se différencie par le choix d’une technologie basée sur l’acier inoxydable (en partenariat avec deux fournisseurs : Weltec Biopower et Biolectric) plutôt que du béton traditionnellement utilisé. « L’avantage par rapport au béton est l’absence de fuites. L’inconvénient est le surcoût significatif qu’elle représente, mais qui est largement compensé dans le temps, notamment en fin d’exploitation lorsqu’il faut démanteler l’installation. Elle est par ailleurs nettement plus facile à mettre en œuvre (3 semaines) et non dépendante des aléas climatiques », justifie Eric Lecoq.

Agripower commercialise des installations pour la méthanisation collective de puissance comprise entre 250 kW et 2 MW, et individuelle (« à la ferme ») avec des unités standards de 22, 33 et 44 kW fonctionnant uniquement à partir de lisiers.

La diagonale Strasbourg – La Rochelle

Le terrain de jeu naturel d’Agripower se situe au nord de la diagonale Strasbourg – La Rochelle. Après avoir logiquement commencé à se développer dans le Grand Ouest, l’entreprise s’est étendue progressivement dans le nord du pays. Elle a signé des partenariats commerciaux stratégiques avec plusieurs coopératives agricoles, Triskalia (Bretagne), Agrial (Normandie), Eurial (pôle laitier) et Unéal (Hauts-de-France), ce qui lui a évité de dépenser trop d’argent dans le volet commercial. L’entreprise ne compte ainsi que 10 salariés, un effectif qui devrait doubler d’ici l’année prochaine avec l’ouverture de deux antennes : Lille et Lyon.