Le dernier appel d’offres éolien allemand encore sous-souscrit

Print Friendly, PDF & Email
Parc éolien de ?ibuk 1, en Serbie © EBRD

Les mêmes causes produisent les mêmes résultats. L’Agence fédérale allemande des réseaux (Bundesnetzagentur) a publié les données du troisième appel d’offres éolien de l’année et, à l’instar des deux précédents, ils sont mauvais. Sur les 650 MW proposés, seuls ...

208 MW ont été attribués, soit moins d’un tiers, à un prix moyen de 61 €/MWh.

Permitting plus long

Cet appel d’offres s’inscrit, et même accentue, la dynamique de sous-souscription chronique des compétitions d’éolien terrestre outre-Rhin. En mai dernier, 270 MW ont été attribués sur les 650 MW offerts par le gouvernement, pour un prix moyen de 61,3 €/MWh. Des chiffres qui feraient presque passer la compétition de février pour une réussite : 499 MW attribués sur les 700 MW initialement prévus, avec un prix moyen de 61 €. Enfin, en octobre 2018, quelque 400 MW étaient répartis sur les 670 MW ouverts. Là encore le prix moyen s’élevait à 62,6 €/MWh, les niveaux restant très proches d’un appel d’offres à l’autre.

Cette sous-souscription s’explique en partie par les délais d’obtention des permis qui se sont rallongés, notamment en raison d’une acceptabilité moindre que par le passé. Or, depuis l’année dernière, seuls les projets présentant un permis en bonne et due forme peuvent concourir.

La prochaine session d’appel d’offres éolien terrestre aura lieu dès le 1er septembre.