Akuo derrière le record mondial de prix du solaire au Portugal

Print Friendly, PDF & Email
(Crédit : Flickr / Akuo Investment)

*Article modifié le 12 août pour intégrer la réponse d’Akuo Energy.

C’est désormais officiel. Akuo Energy ressort grand vainqueur de l’appel d’offres portugais, tant en termes de mégawatts attribués que de prix. L’entreprise française écrase ses concurrents avec pas moins de 370 MWc remportés, sur un total de 1 150 MWc, dont un lot au prix record de 14,76 €/MWh.

Un prix qui fait jaser

Akuo Energy a remporté 3 lots sur les 24 attribués par la Direção-Geral de Energia e Geologia, équivalent portugais de la DGEC. Un premier projet ...

photovoltaïque de 120 MWc, un deuxième de 100 MWc et un troisième de 150 MWc pour respectivement 20,73 €/MWh, 19,78 €/MWh et enfin 14,76 €/MWh. Un tarif en-deçà des 15,41 €/MWh obtenus lors du dernier appel d’offres brésilien début juillet, propulsant l’offre d’Akuo Energy comme la plus compétitive pour un projet PV au niveau mondial.

Un niveau de prix qui fait jaser, comme ce fut d’ailleurs le cas des précédents records enregistrés ces derniers mois. Malgré la baisse continue des prix des panneaux photovoltaïques, des conditions d’ensoleillement optimales, des centrales de plus en plus grandes, et le savoir-faire des développeurs aguerris, un projet solaire peut-il être rentable à moins de 15 €/MWh ? C’est la question que posent ouvertement certains acteurs du secteur, à l’image d’Antonio Delgado Rigal, PDG d’Aleasoft, une société de services énergétiques, qui affirmait récemment à nos confrères de PV Magazine, que le prix d’Akuo « ne reflète pas les coûts réels du photovoltaïque et n’est même pas un indicateur du prix futur de l’électricité ».

Derrière cette critique, le procès en captage de parts de marché n’est jamais très loin. L’idée étant de sacrifier les marges pour engranger les projets, coûte que coûte. Un argument qui s’est notamment fait entendre au Mexique avec Enel Green Power ou encore en France avec Urbasolar. La liste n’est pas exhaustive. En l’espèce, si Akuo Energy a proposé un prix très bas, notons tout de même que l’ensemble des lauréats ont tiré les tarifs à la baisse. Ils oscillent entre 14,76 €/MWh et 29,38 €/MWh, avec un prix moyen autour de 20 €/MWh.

De son côté, Akuo justifie ce prix par le volume important de mégawatts remporté ce qui permet « de bénéficier de synergies considérables lors de la construction de ces projets ». Il souligne les « très bonnes conditions d’ensoleillement sur des terrains plats très proches des postes sources », sans oublier le « système de financement concurrentiel compte tenu du volume à financer et du fait que nous considérons les 3 projets comme un projet global ». Enfin le groupe rappelle que dans le cadre des enchères inversées, « plusieurs candidats étaient prêts à égaler le prix d’ouverture du dernier tour, qui pourrait dépasser de quelques centimes le prix de l’offre finale ».

Iberdrola remporte 7 projets

Parmi les autres lauréats, citons également la présence de Neoen qui remporte une centrale de 50 MWc au prix de 23,47 €/MWh. Deux autres français ont concouru mais ont fait chou blanc : EDF RE et Voltalia. Autre information notable, l’espagnol Iberdrola remporte 7 projets cumulant 149 MWc. A noter enfin que l’électricien national, Energias de Portugal (EDP), a postulé mais n’a remporté aucun lot.

Le lecteur trouvera ci-dessous la liste des lauréats, les capacités attribuées et les prix de l’appel d’offres solaire portugais (ou en PDF)