Fondations éoliennes en mer : Deme et Eiffage retenus à Saint-Nazaire

Print Friendly, PDF & Email
(Crédit : Anne-Claire Poirier)

La France va construire un parc éolien en mer ! Après avoir obtenu son feu vert définitif en juin, le projet de Saint-Nazaire rentre dans le concret. EDF Renouvelables et le canadien Enbridge ont sélectionné un consortium pour fabriquer et installer les fondations de ce futur parc éolien de 480 MW. Le consortium sera mené par le belge Deme et la branche du français Eiffage spécialisée dans la construction métallique.

Fabrication des fondations en 2020

Le contrat représente ...

un montant total supérieur à 500 M€. Alors que « le volet conception de l’opération a d’ores et déjà débuté », précise Deme, la fabrication des 80 fondations monopieux en acier doit démarrer au printemps 2020. Les premières installations sont prévues un an plus tard pour s’achever à l’été 2022. A cet horizon, la France devrait donc enfin voir se concrétiser un projet de parc éolien en mer, même si les opposants locaux envisagent encore des actions au niveau européen. Un moment historique alors que l’on parlait déjà en 2014 d’un appel d’offres pour les fondations à Saint-Nazaire.

« Eiffage est très fier d’avoir été retenu pour la réalisation du premier parc d’éoliennes offshore en France », commente dans un communiqué Antoine Brésolin, directeur général de la division Eiffage Métal, déjà présente sur ce marché en Belgique, en Allemagne, au Royaume Uni et aux Pays-Bas (via sa filiale Smulders). « Le groupe va désormais pouvoir développer son savoir-faire en France. »

D’après une récente étude de GlobalData, le marché mondial des fondations éoliennes – terrestres et maritimes – devrait grimper de 26% entre 2017 et 2022. Il représenterait ainsi un chiffre d’affaires de 7,2 Mds$ (6,2 Mds€) dans 3 ans. Dont 4,16 Mds$ pour les fondations en mer.