Voltalia vise plus de 2,6 GW de capacité en 2023

Print Friendly, PDF & Email
(Crédit : Voltalia)

Le développeur-exploitant d’énergies renouvelables est très offensif depuis quelques semaines et le fait savoir. Après avoir annoncé la signature d’un corporate PPA avec le groupe Boulanger pour un projet solaire greenfield de 5 MW, un projet de rapprochement avec Helexia, autre société détenue par Creadev (famille Mulliez), des avancées dans le stockage en Guyane, Voltalia a présenté ce matin aux investisseurs ses objectifs de croissance.

Le groupe dirigé par Sébastien Clerc ...

a confirmé son objectif 2020 d’une capacité installée de plus de 1 GW (dont 921 MW sont déjà en exploitation ou en construction à ce jour), mais surtout fixé un nouveau cap pour 2023 : l’entreprise vise une capacité installée ou en construction supérieure à 2,6 GW, le tout en dégageant à cette échéance un Ebitda de 275 à 300 M€, contre 76 M€ en 2018. Elle indique disposer d’un pipeline de projets en développement de 6,2 GW à fin 2018, dont 1,6 GW désormais sécurisé.

Plus de solaire, moins d’exposition au Brésil

Dans un communiqué, le groupe précise que « l’atteinte de cette capacité doit s’accompagner d’une plus grande diversification géographique et technologique du portefeuille de centrales ». Il compte se renforcer dans le solaire, qui doit représenter plus de 30% de la capacité installée ou en construction en 2023, contre 11% en 2018. Sur le plan géographique, la contribution du Brésil devrait décroître à moins de 50%, « au bénéfice des autres pays émergents et des pays développés, qui devraient chacun représenter environ 25% de la capacité future ».

Ces nouveaux objectifs et cette stratégie de croissance ambitieuse devraient plaire aux marchés financiers. Après une période délicate en 2018, le titre Voltalia a déjà bondi de 34,12% depuis le début de l’année. Il atteint 11,4 euros ce jour; ce qui lui laisse encore une marge de progression par rapport à l’autre grand IPP coté à Paris, Neoen, dont le titre a clôturé ce 6 juin à 20,5 euros (+ 8,24% depuis le 1er janvier).