L’Occitanie lance un plan hydrogène vert doté de 150 M€

Print Friendly, PDF & Email


(c) Romain Chicheportiche

Très active en matière de transition énergétique, Carole Delga, présidente de la Région Occitanie, a lancé aujourd’hui son plan « Hydrogène vert » pour la mobilité doté de 150 M€ sur 10 ans (2019-2030). Alors que le financement du plan Hulot (100 M€) semble compliqué, Carole Delga assume vouloir prendre le relais, avec d’autres Régions françaises, pour amorcer la pompe et donner des gages à la filière. Un groupement d’achat inter-régional de trains hydrogène est ainsi en train d’être finalisé.

Un effet levier d’un milliard d’euros

Ce plan de 150 M€, qui sera soumis au vote des élus régionaux fin juin 2019, a vocation à ...

financer des projets de production et distribution d’hydrogène vert (Hyport, H2 vert littoral, Last’Miles, HYdroMed) d’une part, et des projets d’usage de l’H2 dans la mobilité d’autre part (trains, autobus, taxis, bateau et même avion). « La France doit prendre le virage de l’hydrogène mais le gouvernement tergiverse. Les régions doivent donc reprendre le lead », estime Carole Delga.

Une démarche quelque peu intéressée et totalement assumée par l’ancienne secrétaire d’État sous le gouvernement précédent. « Il existe en Occitanie un véritable écosystème d’entreprises (Alstom, Safran, Braley, EDF) et de pôles de recherche (Laplace, CEA Tech, Laas, l’école de Mines d’Albi, LBE), auquel il faut donner un minimum de visibilité sur l’avenir si nous voulons changer d’échelle », indique-t-elle. Pour la Région, l’objectif est d’initier une dynamique suffisamment forte pour convaincre le secteur privé d’investir à son tour. Ce plan décennal doit créer un effet de levier d’un milliard d’euros d’investissements. Pour y parvenir, les deux agences régionales occitanes AREC et AD’OCC seront mises à contribution pour co-investir dans les projets H2 vert sur le territoire.

Interrogée sur le financement de ce plan, la présidente d’Occitanie explique : « il s’agit pour partie de fonds qui étaient prévus dans le cadre de notre plan de mobilité, et d’autre part de fonds alloués pour des travaux avec la SNCF qui peinent à se réaliser ».

Le plan H2 Vert en chiffres :

A l’horizon 2024 :

  • L’acquisition de 3 rames de train à hydrogène Régiolis (33 M€ engagés dès 2019) ;
  • La réalisation de 20 stations de production / distribution H2 vert ;
  • La construction d’une usine de production H2 « Lucia » (Port-la-Nouvelle) et de 2 électrolyseurs industriels (HyPort à Blagnac et Tarbes) ;
  • L’acquisition de 600 véhicules H2 (lourds, utilitaires et légers).

A l’horizon 2030 :

  • La construction de 2 usines de production H2 vert ;
  • La réalisation de 55 stations de production/distribution H2 vert ;
  • La construction de 10 électrolyseurs ;
  • L’acquisition de 3 250 véhicules H2.

Grosse commande de trains sur les rails

Si l’Occitanie se fixe comme objectif de devenir la première région européenne à énergie positive, elle ne souhaite pas pour autant faire cavalier seul. A l’image de l’union sacrée entre régions prônée par Carole Delga dans l’éolien flottant, un groupement d’achat inter-régional de trains à hydrogène est en train de se monter avec les régions Bretagne, Centre Val-de-Loire, Grand Est, Nouvelle-Aquitaine, Sud-Paca et bien sûr Occitanie. « Nous sommes en train de finaliser les engagements des uns et des autres. Cette première commande groupée d’une vingtaine de rames sera annoncée cette année. L’Occitanie en achètera trois », indique Carole Delga. Au Pays d’Oc, ces trains auront vocation à rouler sur la liaison Montrejeau-Luchon, une fois qu’elle sera réouverte, probablement début 2021. Une initiative innovante qui fait écho à l’annonce par Alstom d’une grosse commande de 27 rames outre-Rhin par RMV, le réseau de transport en commun du land de la Hesse.

Au-delà du ferroviaire, la Région Occitanie va également étendre son éco-chèque mobilité pour les professionnels et les taxis aux véhicules à hydrogène, alors qu’il était jusqu’ici réservé aux véhicules électriques ou hybrides. Etant donné le surcoût de ces modèles, le montant de l’éco-chèque (2 000 €) sera doublé. Le plan prévoit également un dispositif de soutien à l’acquisition de véhicules H2 lourds ou utilitaires, auprès des collectivités ou des entreprises, et l’achat d’autocars H2 pour au moins 10% des renouvellements de la flotte du service public régional de transports LiO, jusqu’à 36 véhicules par an.

Collaboration franco-allemande

L’Occitanie compte aussi sur l’Union européenne et ses programmes de financement de projets innovants. L’un d’eux a tapé dans l’œil de Carole Delga : le MIE Transports Blending Facility qui, en lien avec la Banque européenne d’investissement, est doté de 200 M€, dont la moitié sera dédiée au déploiement des carburants alternatifs (dont l’hydrogène) pour les réseaux de transports durables. Carole Delga souhaite monter un consortium européen orienté autour du déploiement d’infrastructures et de flottes de transport de marchandises à travers l’Europe, grâce à des « corridors H2 ». Interrogée sur les régions européennes avec qui elle pourrait monter ledit consortium, la présidente de région confesse qu’aujourd’hui, les principaux intéressés par une telle démarche sont essentiellement les länders allemands.