Romande Energie se renforce dans l’hydroélectricité française

Print Friendly, PDF & Email
(Crédit : Hervé Hote)

Les transactions continuent dans la petite hydroélectricité française. La dernière en date a fait l’objet d’une empoignade entre énergéticiens, parmi lesquels EDF et Engie. Mais c’est un homologue suisse plus modeste qui l’a emporté : le fournisseur et producteur Romande Energie, leader en Suisse romande avec 300 000 clients. Il s’empare de la centrale de Bar en Corrèze, de pas moins de 8 MW, vendue par une filiale du groupe d’armement terrestre public français Nexter (ex Giat Industries). Le prix de la transaction n’est pas dévoilé par l’acquéreur.

Actif commandable 

La cession de cette installation a fait l’objet d’une intense compétition, car elle est de type « haute chute » (conduite forcée) alimentée par un lac d’altitude. La turbine est donc entièrement pilotable. « En dehors des portefeuilles d’EDF et d’Engie, ce type d’actif se ...

compte sur les doigts d’une main », évalue Antoine Guibert, associé gérant du cabinet spécialisé Envinergy, arrangeur de l’appel d’offres et de la transaction. Par ailleurs, cette centrale construite il y a exactement un siècle pour alimenter en électricité la manufacture d’armes de Tulle a été bien entretenue. Seul bémol à la valorisation, elle est sous concession.

Comme Hydrocop acheteur en début de mois de l’important portefeuille de centrales de NEH-CHCR, Romande Energie souhaite renforcer son outil de production d’électricité, notamment en France et notamment dans l’hydro. « D’autres ouvrages de production pourraient venir compléter le portefeuille d’approvisionnement de Romande Energie au cours des prochains mois », précise le groupe dans un communiqué. Il détient déjà une trentaine de centrales hydroélectriques, principalement réparties dans les cantons de Vaud et du Valais, mais aussi en France, pour sept d’entre elles. S’ajoutent une soixantaine d’installations solaires – et un projet de solaire flottant -, deux centrales biomasse et des petits parcs ou projets éoliens ; en France, Romande Energie a acheté l’année dernière une ferme éolienne de trois turbines à Pluzunet (Côtes d’Armor), en service depuis 2006.

Valorisations de nouveau élevées

L’intérêt croissant des fournisseurs d’énergie pour l’hydroélectricité traduit leur volonté de sécuriser leur approvisionnement et de s’affranchir le plus possible de la volatilité des cours sur les marchés, qui suivent en outre une tendance haussière. Signe de cette attention, les valorisations des centrales tournent de nouveau autour de 3 M€/MW et peuvent atteindre un coefficient de 12 par rapport au chiffre d’affaires, un multiple qui n’avait pas été observé depuis plusieurs années dans le secteur.

Distributeur présent dans 300 communes du canton de Vaud, le groupe Romande Energie est détenu principalement par l’Etat de Vaud (38,6% du capital), par les communes vaudoises (16,22%) et coté en Bourse, avec un flottant de 20,4%. Son chiffre d’affaires en 2017 ressort à 575 millions de francs suisses (508 M€).