En France, ERG transforme le développeur Epuron en énergéticien intégré

Print Friendly, PDF & Email
(Crédit : Epuron)

Objectif 500 pour ERG. La filiale française du groupe italien vise 500 MW installés dans cinq ans, contre 276 MW à l’heure actuelle dans 28 parcs éoliens dont deux en construction. Pour ce faire, sa maison-mère a racheté cette année le développeur Epuron au fonds d’investissement britannique Impax. A la clé, un pipe de projets de 750 MW, à différents stades. « Autour de 250 MW sont sortis de l’early stage, dont la moitié est proche des autorisations », précise Nicola Riccardi, directeur du développement en France.

Energéticien à 100%

Attention, ces nouveaux projets ne sont plus du tout destinés à être revendus, à la différence du modus operandi historique d’Epuron. C’est l’inverse : en Italie et dans tous les pays européens où il est présent (Allemagne, Royaume-Uni, Pologne, Roumanie, Bulgarie…), le groupe conserve tous ses projets, en détient même 100% et gère un maximum d’activités, du développement à la production d’électricité, en passant par l’exploitation et même l’O&M. Une culture typique d’énergéticien qui est sans doute l’héritage de  ...