Effacement diffus : les leçons de Smart Grid Vendée

FavoriteLoadingAjoutez cet article à vos favoris
Print Friendly, PDF & Email
(Source : ministère de l’Environnement)

Pour Smart Grid Vendée, c’est l’heure du bilan. Après 5 ans d’expérimentation, ce démonstrateur arrive à son terme mi-septembre. Il s’est penché sur les solutions de flexibilité, comme l’effacement diffus, qui pourraient faciliter l’intégration des énergies renouvelables. Il faut dire que le département offrait un terrain de choix : « Rapportée à sa superficie et sa population, la Vendée est très équipée en renouvelables. Elle représente ainsi 1,3% du territoire pour 6% de la capacité EnR française », rappelle Frédéric Wauquiez, directeur produit de GE, l’un des partenaires du projet. La prochaine étape ? Changer d’échelle. C’est le but du projet Atlas, qui portera sur 2 000 à 4 000 bâtiments publics. Mais pour y parvenir, il faudra développer une culture locale très fine sur les enjeux de l’énergie. C’est l’une des principales conclusions de Smart Grid Vendée.

Sélectionner finement les bâtiments

Ecoles, mairies, salles des fêtes, terrains de sport, éclairage public, usines d’eau potable… Le démonstrateur a testé les effacements de consommation sur divers bâtiments publics. Au final, ces effacements sont...

Ce contenu est réservé à nos abonnés. Pour lire la suite, vous devez vous abonner ou vous identifier.