Autoconsommation solaire : les professionnels s’impatientent

Print Friendly, PDF & Email
L’un des projets d’autoconsommation de la Communauté des communes du Montreuillois © Cohérence Energies

L’autoconsommation et l’autoproduction solaires décolleront-elles dans les années qui viennent en France ? Les représentants de la filière veulent l’espérer mais ont du mal à y croire. Lors de l’ouverture de l’université d’été organisée les 5 et 6 septembre sur ce thème par le syndicat Enerplan, son président Daniel Bour s’est avoué « désabusé » face au retard du marché tricolore. Il est vrai que l’Hexagone compte seulement 28 000 sites en autoconsommation et très peu d’installations de taille importante, loin derrière l’Allemagne, l’Italie ou la Grande-Bretagne. Cette faiblesse freine voire exclut l’émergence d’une filière industrielle.

La loi de finances en guise d’espérance

En cause selon Daniel Bour, avant tout la fiscalité et le tarif réseau de l’autoconsommation collective. Dans les semaines qui viennent, Enerplan et le Syndicat des énergies renouvelables (SER) vont encore essayer de ...

Ce contenu est réservé à nos abonnés. Pour lire la suite, vous devez vous abonner ou vous identifier.