Les modalités de l’appel d’offres solaire « Fessenheim » présentées par la DGEC

Print Friendly, PDF & Email
(Crédit : Wikipédia)

L’arsenal des mesures prises par le gouvernement pour l’après-Fessenheim (Haut-Rhin) – même si la date d’arrêt de cette centrale nucléaire n’est pas encore fixée – prend forme peu à peu. En particulier, l’installation de centrales solaires. Comme l’a repéré notre confrère L’Écho du solaire, la Direction générale de l’énergie et du climat (DGEC) a présenté le 13 juin dernier lors d’une réunion à la préfecture le profil du futur appel d’offres (consultable ci-dessous), qu’elle va gérer elle-même. Une première session devrait être lancée à la fin de l’année, suivie de deux rounds supplémentaires l’année prochaine. En tout, 200 MW de centrales au sol (0,5 MW – 30 MW) sont prévus pour ces trois tranches et ...

75 MW de toitures photovoltaïques, sous complément de rémunération.

300 MW proposés en tout

S’ajoutent autour de 25 MW de toitures de 100 à 500 kW, en tarif d’achat ; le volume exact par période reste ici à arrêter. Ces projets sont destinés notamment aux grandes surfaces. L’enseigne Système U ne devrait pas manquer d’y participer. Lors de la présentation du Plan solaire du ministère de la Transition écologique et solidaire jeudi 28 juin, Dominique Schelcher, PDG de Système U, originaire de Fessenheim où il gère un magasin et où il a commencé sa carrière dans le groupe, a insisté sur son engagement personnel auprès du gouvernement pour développer les énergies renouvelables autour de la future ex-centrale nucléaire et les promouvoir dans le département.

Cet appel d’offres solaire local « anticrise » administré par la DGEC, premier du genre mais peut-être pas le dernier, fait partie des trois dispositions précisément liées à la transition énergétique qui doivent contribuer à compenser les conséquences économiques et sociales de la fermeture de Fessenheim, avec le développement de projets de biométhane et de programmes d’efficacité énergétique dans l’ensemble du Haut-Rhin. La date de retraite de la centrale nucléaire dépend de celle de la mise en service de l’EPR (Evolutionary Power Reactor) de Flamanville (Manche), toujours prévue en 2019 mais qu’EDF a annoncé en mai dernier envisager avec quelques mois de retard.

  • Consulter la présentation de la DGEC sur l’appel d’offres solaires « Fessenheim » (ici en PDF)