L’institut Walden veut améliorer le débat public sur la transition énergétique

Print Friendly, PDF & Email
(Crédit : Institut Walden)

« L’élection présidentielle française de 2017 a provoqué un déclic chez nous. La transition énergétique a été peu évoquée et quand elle l’était, le sujet était caricaturé, voire donnait lieu à des propos fantaisistes, comme par exemple ceux de l’institut Montaigne sur le coût de sortie du nucléaire en France ». Fondateur du cabinet de conseil financier Green Cape Finance, Geoffroy de Clisson estime urgent d’instiller de la connaissance dans le débat public sur la transition énergétique (TE). En association avec Jérôme Davant, président du cabinet de conseil Ponderis, il a créé en juillet dernier, juste après l’élection donc, un nouveau think tank baptisé Walden, par allusion au livre fondateur de Thoreau, ce pionnier américain de l’écologie au XIXe.

Une équipe de 22 experts complémentaires

La structure n’émerge pas ex nihilo pour autant, car les deux associés animent  ...

depuis 2014 un cycle de 6 conférences annuelles de haut niveau, à la Fondation Mona Bismarck, dont GreenUnivers se fait régulièrement l’écho. L’idée est maintenant d’aller plus loin et de produire aussi du contenu écrit en visant trois publics : les parlementaires, les relais d’opinion et si possible le grand public.

L’institut Walden va confier à cet effet des notes sur des sujets d’actualité à l’équipe d’experts qu’il vient de constituer. Elles seront complétées par des focus sur un gros sujet – pour la première édition au printemps, ce sera l’articulation entre nucléaire et TE. Pour ce faire, Geoffroy de Clisson et Jérôme Davant ont réuni une vingtaine de spécialistes. Parmi lesquels trois parlementaires, des scientifiques (climatologue, physicien nucléaire, géopoliticien de l’énergie…), des entrepreneurs et investisseurs (Smart Energies, 123Venture…) et un cabinet juridique (LPA CGR).