Le premier prêt « Agir pour l’efficacité énergétique » signé à Lille

Print Friendly, PDF & Email
Vue d’artiste de la centrale du bâtiment Rizomm
© Agence MAES.

« Agir pour l’efficacité énergétique » : c’est le nom d’un mécanisme de financement initié lors de la Cop21 et lancé fin décembre 2017 par la Banque européenne d’investissement, le Crédit coopératif et la Commission européenne. Destiné aux rénovations des bâtiments ou des outils industriels, il prend la forme de prêts de 40 000 à 5 M€ sur une durée de 3 à 19 ans, et s’adresse aux PME, aux entreprises locales, aux associations et aux entreprises de taille intermédiaire. Premier heureux élu en France : le bâtiment Rizomm, de l’Université catholique de Lille (Nord). L’accord a été signé ce 10 janvier entre le Crédit Coopératif et l’établissement de formation. Les travaux, en partie autofinancés par l’université, représentent un investissement de 12 M€. Le Crédit Coopératif a prêté 3,5 M€, cumul du prêt « Agir pour l’efficacité énergétique » et d’un autre prêt « Troisième révolution industrielle » en partenariat avec la Chambre de commerce et d’industrie de la région Hauts-de-France.

Une centrale au cœur du campus

Situé au cœur du campus universitaire, le bâtiment Rizomm de 6500 m² doit être rénové d’ici à juillet 2018 et équipé ...

d’une centrale photovoltaïque de 1200 m². Les panneaux solaires, développés par Sungy, représentent une puissance de 190 KWc pour une production estimée de 140 MWh/an. « C’est un bâtiment démonstrateur, précise Benoit Bourel, Vice-Recteur de l’Université catholique de Lille. L’objectif est de suivre la production pendant un an et de comparer avec les calculs théoriques. » Il s’agit de la première étape du programme « Live Tree » (Lille Vauban en Transition Énergétique), un ensemble de projets de l’Université catholique de Lille portant sur la transition énergétique.

Un projet énergétique et pédagogique

Le Rizomm deviendra ainsi le principal producteur d’un micro-grid en cours de déploiement sur l’îlot central de l’université. « Nous avons un site composé de différents bâtiments tous reliés à un même poste de transformation, alimenté en étoile », explique Grégoire Destombes, ingénieur énergie « Live Tree ». Faisant l’objet d’une réhabilitation thermique depuis 2016, le bâtiment alimentera en énergie des véhicules électriques et les autres bâtiments de l’îlot, tout en produisant et en consommant sa propre électricité.

« La valeur de ce projet n’est pas seulement technique, elle est sociotechnique, au service de l’apprentissage, » souligne Benoit Bourel. Au-delà des technologies mises en œuvre, le but est d’étudier le rapport des étudiants à la transition énergétique.