Pourquoi Amarenco acquiert le groupe Carré

Print Friendly, PDF & Email
(Crédit : Groupe Carré)

C’est une nouvelle illustration de la recomposition à l’oeuvre dans les énergies renouvelables. L’irlandais Amarenco prend la majorité du capital du groupe Carré, développeur et exploitant solaire basé à Gaillac (Tarn). Fondateur en 2008 de cette PME de 35 personnes, Olivier Carré conserve une part du capital et prend les rênes de ce qui s’appelle désormais Amarenco France et restera basé à Gaillac – mais en déménageant dans le magnifique château viticole de Touny les Roses, que le nouvel ensemble vient d’acheter.  « Nous sommes un développeur EPCiste, avec une activité O&M. Il nous fallait la brique financement de projets », explique Olivier Carré.

Gros moyens financiers

Or, des moyens, Amarenco n’en manque pas, depuis que cet investisseur dirigé par Alain Desvignes s’est allié au méga-fonds infrastructure britannique InfraCapital. « Amarenco dispose de 300 M€ en equity, dont une grande partie destiné au marché français. Avec 200 M€, nous avons accès à 1,5 Md€ voire 2 Mds€ de projets, à développer sous trois ans », se réjouit Olivier Carré. C’est là un changement d’échelle pour sa société, qui dispose aujourd’hui de 80 MW installés et d’un chiffre d’affaires de 15 M€ surtout porté par l’activité construction.

De fait, le rachat vise à démultiplier l’activité historique de l’ex-groupe Carré sur les toitures et ombrières, avec des puissances comprises entre 100 kW et 2 à 3 MW et à l’emmener vers ...

Ce contenu est réservé à nos abonnés. Pour lire la suite, vous devez vous abonner ou vous identifier.