« Nous allons dans les pays où nous pouvons faire la différence », David Corchia, Eren Re

Print Friendly, PDF & Email

Entretien avec David Corchia, directeur général du groupe Eren –

David Corchia (Crédit : Eren)

Créé en 2012 par Pâris Mouratoglou et David Corchia, le groupe Eren possède deux branches : les énergies renouvelables avec Eren Renewable Energy (Eren Re) d’un côté, les activités industrielles liées à la transition énergétique et écologique de l’autre. Les deux dirigeants, à l’origine de la success story d’EDF EN, affichent une ambition mondiale dans les deux cas. Mais les conditions de la concurrence internationale, en particulier dans les EnR, se sont spectaculairement durcies ces derniers temps. Ce qui amène Eren Re à faire des choix et affiner encore ses méthodes. Gros plan sur les conditions de marché en 2017 et la manière de tirer son épingle du jeu avec David Corchia.

GreenUnivers : Eren Re vient de boucler la deuxième tranche d’une levée de 200 M€ commencée en octobre 2015. Quelle capacité développez-vous sur le terrain avec 100 M€ ?

David Corchia : Une centaine de millions d’euros en fonds propres débouchent sur 450 à 500 MW de développement, ce qui correspond à notre objectif de croissance annuel. L’année dernière, la même somme suscitait plutôt 350 à 400 MW de projets.

GU : Est-ce la baisse du coût des équipements qui dope à ce point la productivité de l’investissement ?

DC : Oui, mais pas seulement. Le coût de la construction a diminué lui aussi, les équipes gagnent en efficacité dans tous les domaines, la dette coûte moins cher, au moins pour l’instant.

Le monde est vaste !

GU : La concurrence est également de plus en plus vive. D’ailleurs, on ne vous voit plus beaucoup sur les grands appels d’offres internationaux…

Crédit : Eren)

DC : Nous ne concourrons pas ou plus ...

Ce contenu est réservé à nos abonnés. Pour lire la suite, vous devez vous abonner ou vous identifier.