« Les producteurs ne contrôleront pas la politique de risque des agrégateurs » (Stéphane Pasquier, Natixis Energéco)

Print Friendly, PDF & Email

stephane-pasquierEntretien avec Stéphane Pasquier, directeur général de Natixis Energéco – 

Quel regard porte un banquier de premier plan sur la configuration qu’adopte en France le marché de l’agrégation ? Selon Stéphane Pasquier, le risque de pertes sur les marchés doit être clairement cerné et porté. Et pour que les financeurs ne durcissent pas leurs conditions, des garanties financières pourraient se révéler indispensables pour certains agrégateurs. Une standardisation des données de base du contrat est souhaitée – mais peu probable manifestement. Classé au premier rang des arrangeurs français dans le financement de projets d’énergies renouvelables, Natixis Energéco (groupe BPCE) a été créé il y a vingt ans et a financé autour de 3 GW de capacité EnR installée et 300 projets.

GreenUnivers : Vous avez rencontré de nombreux agrégateurs ces dernières semaines. Pourquoi ?

Stéphane Pasquier : Ces rendez-vous ont lieu à leur initiative. Les sociétés souhaitent être mieux connues et si possible référencées par nous.

GU : Quelles conditions posez-vous à cela ?

SP : Pour financer un projet, nous devons ...

Ce contenu est réservé à nos abonnés. Pour lire la suite, vous devez vous abonner ou vous identifier.