La Poste, facteur de croissance pour WayzUp et Mobility Tech Green

Print Friendly, PDF & Email
(Crédit : bemobi)
(Crédit : Bemobi)

La Poste vient de conclure un partenariat avec les jeunes pousses WayzUp, spécialiste du covoiturage, et Mobility Tech Green, experte de l’autopartage. Cet accord s’inscrit dans le cadre de la marque Bemobi, lancée aujourd’hui par l’entreprise publique à destination des entreprises et collectivités territoriales désireuses de réduire leur flotte de véhicules. La particularité ? Offrir [am4show have=’g1;g2;g4′ user_error=’Please_Upgrade’ guest_error=’Please_Subscribe’]une offre complète comprenant du conseil (comprendre et manager sa mobilité, optimiser son parc…), de la gestion de flotte, de la formation (éco-conduite, …) et, via WayzUp et Mobility Tech Green, des propositions de mobilité collaborative. Les modalités financières de l’accord sont confidentielles.

En pratique, Bemobi regroupe 30 collaborateurs et 3 filiales existantes de La Poste : Greenovia, Vehiposte et Mobigreen, qui deviennent Bemobi Conseil, Bemobi Gestion et Bemobi Formation. Le but étant de créer un leader de l’écomobilité, capable de commercialiser une offre allant de l’expertise à la fin de vie des véhicules. « Etre en-dessous de 20% des différents marchés français de l’écomobilité à l’horizon 2020 serait un échec », a déclaré Frédéric Delaval, directeur de la mobilité de La Poste, lors d’une conférence de presse. En Europe, d’ici 2018-2020, l’autopartage devrait concerner 80 000 véhicules dans les entreprises, selon le cabinet de conseil Frost & Sullivan*.

Au-delà des solutions des deux start-up, l’offre de Bemobi comprendra de la télématique embarquée, un appel d’offres étant en cours en ce sens.

Un coup de pouce pour les start-up

Grâce à ce partenariat, WayzUp espère passer de 25 entreprises clientes aujourd’hui à 100 dans un an. Ses clients actuels emploient 300 à 10 000 salariés, le plus important étant le Technocentre Renault. Le business model de cette start-up parisienne se base sur un abonnement, dont le prix varie en fonction du nombre de salariés. « Le taux d’adhésion moyen chez les salariés est de 12% mais chez Boulanger, par exemple, 25% des collaborateurs sont inscrits », indique Julien Honnart, président fondateur de WayzUp. Toutefois, la rémunération de la start-up n’est pas indexée sur le nombre d’utilisateurs effectifs. Le développement se fera d’abord en France, le dirigeant espère ensuite conquérir des marchés limitrophes tels que la Suisse, en prenant notamment exemple sur l’internationalisation façon Drivy.

Du côté de Mobility Tech Green, Pascal Roux, le président, table sur 1,2 M€ de chiffre d’affaires en 2016. L’entreprise, qui revendique 20% de parts de marché, possède un portefeuille d’une trentaine de clients, dont Orange, pour 30 000 utilisateurs réguliers. Elle gère 1 500 véhicules (dont 25% électriques) et sans doute bientôt le double au regard des commandes en cours. En termes de collectivités, Mobility Tech Green a par exemple signé avec la station de ski Valberg, (Alpes-Maritimes).

Question partenariat avec des jeunes pousses, La Poste réfléchit par ailleurs à la création d’un fonds corporate. Il pourrait voir le jour d’ici 9 mois avec un périmètre plus large que l’écomobilité.

* Estimations publiées en 2014 [/restrict-content]