Prix du C02 : l’idée convainc les entreprises… sauf aux USA [Etude]

Print Friendly, PDF & Email

Instaurer un prix du carbone : le sujet ne fait pas officiellement partie des négociations sur le climat de la Cop21, mais il est pourtant bien présent dans les discussions au Bourget. Et hier, six chefs d’Etat et de gouvernement, dont François Hollande et Angela Merkel, ont lancé avec la Banque mondiale et le Fonds monétaire international (FMI) un appel pour la fixation d’un prix du carbone afin de lutter contre le réchauffement climatique. Sans un tel mécanisme, qu’il se traduise concrètement par une taxe ou par des échanges sur un marché, beaucoup d’acteurs estiment qu’il sera en effet impossible de lutter efficacement contre les activités fortement émettrices de gaz à effet de serre.

Près d’une entreprise sur deux y est favorable

L’idée fait aussi son chemin parmi les entreprises. Selon une enquête internationale réalisée par le cabinet EY* et publiée en fin de semaine dernière, 54% des entreprises interrogées estiment qu’il s’agit là du moyen le plus efficace pour réduire les émissions de CO2. Et 48% se déclarent d’ailleurs en faveur de l’instauration d’un prix du carbone. Les sociétés européennes sont de loin les plus positives avec 64% d’avis favorable, contre 59% dans les pays émergents et seulement 18% aux Etats-Unis (voir graphique ci-dessous).

Opinion des dirigeants sur l'introduction d'un prix du carbone dans leur pays (Source : EY)
Opinion des dirigeants sur l’introduction d’un prix du carbone dans leur pays
(Source : EY)

Pour les groupes interrogés, ...

Ce contenu est réservé à nos abonnés. Pour lire la suite, vous devez vous abonner ou vous identifier.