La combinaison EnR + stockage doit encore convaincre les investisseurs [6/7]

Print Friendly, PDF & Email
Michael Coudyser
Michael Coudyser

[Compte-rendu] Encore peu développée en France, la combinaison EnR + stockage doit trouver la bonne formule pour séduire les investisseurs. En Corse, le producteur d’énergie photovoltaïque Corsica Sole, accompagné par le fonds Mirova, va mettre en service cet été une centrale PV de 4,4 MW, couplée à une unité de stockage de 4,3 MWh, utilisant des batteries lithium-ion. Elle représente un investissement de 15 M€. Michael Coudyser, son directeur général, a expliqué son financement lors de la conférence GreenUnivers du 16 juin.

Cette centrale   ...

répondait à l’appel d’offres CRE 2012, avec une contrainte forte, liée à l’insularité : l’énergie injectée ne doit pas dépasser 40% de l’énergie installée, c’est-à-dire que seul 1,76 MW peut être fourni à EDF. La solution de stockage est donc indispensable pour gérer la surproduction.

Une nécessaire pédagogie

Pour Michael Coudyser, le stockage bien que connu dans l’industrie, reste une approche nouvelle dans le solaire. Une pédagogie du projet est nécessaire auprès des investisseurs. L’appel d’offres CRE 3 sera plus logique et – un peu – moins contraignant : les candidats devront prévoir la veille pour le lendemain la courbe de production et s’y tenir à 5% près. Plus le niveau de production s’éloignera, plus les pénalités par MWh seront élevées.

  • Consulter la présentation de Corsica Sole (ou ici en PDF) :

Michael Salomon
Michael Salomon

Pour Michael Salomon, président de Clean Horizon, cabinet de conseil spécialisé dans le stockage d’énergie, investir dans une centrale avec stockage reste inhabituel pour les financiers. Beaucoup d’inconnues subsistent, notamment en raison du manque d’historique (durée de vie des batteries, sortie des fonds du projet etc.) sur un sujet complexe ou sur la responsabilité en cas de dysfonctionnement. En Europe, la réglementation est aussi « extrêmement hétérogène entre les pays », souligne Michael Salomon, ce qui ne facilite pas les choses. Le stockage s’est donc développé sur des marchés de niche, comme les Dom.

Generate Capital, un « modèle » américain

« Face au problème d’accès au capital, le modèle porté par la société américaine, Generate Capital, créée par Jigar Shah, le fondateur de SunEdison, semble très intéressant, estime le président de Clean Horizon. Elle arrive à répondre au besoin en capital tout en minimisant le risque pour les investisseurs. »

Generate Capital (qui n’est pas un fonds d’investissement) reçoit directement l’argent des investisseurs qu’elle réinjecte ensuite dans les SPV dont elle récupère 95% du cash flow généré pendant plusieurs années. Après cette période, les autres investisseurs de la SPV, les développeurs et Generate Capital se partagent le cash flow généré à 50/50.

  • Consulter la présentation de Clean Horizon (ou ici en PDF) :