Comment financer les cleantech en Bourse ?

Print Friendly, PDF & Email

20141204_121530Après la conférence sur les cleantech en Bourse organisée à Paris le 14 octobre dernier, GreenUnivers et EnterNext ont organisé une nouvelle session à Lyon, le 4 décembre, sur le salon Pollutec, en partenariat avec l’association Clean Tuesday. Elle a réuni des experts des cleantech et des IPO, Marc Claverie et Loriane Rapinat du cabinet Grant Thornton, des dirigeants d’entreprises, Pascal Mauberger de McPhy Energy et Jean-Christophe Lépine d’Innoveox, un spécialiste de la communication financière, Nicolas Meunier d’Actifin, et un représentant d’une banque d’affaires, Maya Bertron de CM-CICS. Nous vous proposons ci-dessous le compte-rendu de cette rencontre.

Marc Claverie, associé, responsable énergie et cleantech, Grant Thornton France

« Deux catégories de cleantech vont en Bourse »

Malgré un premier semestre exceptionnel, les entrées en Bourse ne constituent encore qu’une toute petite portion des investissements dans les cleantech, loin derrière les fusions & acquisitions et les opérations de private equity. « En 2013, les IPO ont représenté seulement 1% des investissements mondiaux  dans les cleantech », détaille Marc Claverie.

Malgré tout, les IPO constituent pour les entreprises « une véritable opportunité de financement ». Mais si elles donnent « une véritable accélération à l’entreprise », la présence sur le marché peut se traduire par une « perte du contrôle stratégique » parfois conjuguée à « une pression assez importante pour que du cash soit générer rapidement », estime Marc Claverie.

Parmi les entreprises des cleantech entrées en Bourse récemment, Marc Claverie distingue deux profils très différents : d’un côté, des sociétés avec une technologie innovante à fort potentiel de croissance, telles Innoveox ou McPhy Energy, et de l’autre des producteurs d’énergie comme Voltalia, qui ont avec des Capex importants mais qui offrent une visibilité à long terme sur les cash flows. Les premières peuvent séduire des investisseurs prêts à prendre des risques mais à la recherche d’une croissance forte et les secondes des investisseurs en quête de rendements réguliers, peut-être moins spectaculaires mais plus sûrs.

  • Consulter la présentation de Marc Claverie ici (PDF)

Pascal Mauberger, président du directoire, McPhy Energy

« Une très grosse aventure pour une PME »

La jeune star française du stockage et de l’hydrogène solide s’est introduite sur Alternext en mars dernier, après plusieurs tours de table...

Ce contenu est réservé à nos abonnés. Pour lire la suite, vous devez vous abonner ou vous identifier.