Dalkia : le divorce entre Veolia et EDF enfin acté (Premium)

Print Friendly, PDF & Email
Le nouveau logo de Dalkia France, désormais sous le giron d'EDF
Nouveau logo pour Dalkia France, désormais dans le giron d’EDF

C’est l’épilogue d’une longue bataille juridique entre Veolia et EDF au sujet de l’avenir de leur coentreprise de services énergétiques, Dalkia. Annoncé en octobre 2013, l’accord scindant les activités de Dalkia vient d’être finalisé. EDF reprend donc l’intégralité des activités de Dalkia en France (15 500 salariés), y compris Citelum, filiale spécialisée dans ...

l’éclairage public, sous la marque Dalkia. Les activités à l’international seront intégrées chez Veolia, qui bénéficie d’une période transitoire de 18 mois pour utiliser la marque. Jusque-là, EDF détenait 34% de la coentreprise et Veolia les 66% restants. La Commission européenne avait validé ce schéma fin juin. Elle a estimé dans un communiqué qu’il « resterait un nombre suffisant de concurrents à même d’empêcher toute entrave à la concurrence ».

Un marché en pleine croissance

Dalkia est principalement active en France sur les marchés de la gestion et de la maintenance multi-technique, de la gestion déléguée de réseaux de chaleur et de froid et de la gestion des déchets. Des secteurs dans lesquels la croissance est comprise entre 5% et 6% dans l’Hexagone. Dans une interview aux Échos, Jean-Michel Mazalérat, nommé à la tête de Dalkia France par Henri Proglio, a détaillé ses ambitions pour Dalkia : « Nous prévoyons de nous développer naturellement d’abord dans les pays où EDF est déjà présent, à savoir l’Italie, la Pologne, la Belgique ou le Royaume-Uni, aussi bien par croissance organique que par acquisitions. »

La soulte de 550 millions d’euros que Veolia devait verser à EDF a finalement été portée à 655 millions.

3,5 milliards d’euros de CA en 2013

Face aux 15 milliards d’euros de chiffre d’affaires de la branche services de GDF Suez – comprenant sa filiale Cofely Services, leader français dans les services énergétiques, Dalkia fait figure de petit poucet avec un CA de 3,5 milliards d’euros. Jean-Michel Mazalérat compte s’appuyer sur la notoriété et l’expérience d’EDF pour s’imposer. L’objectif affiché est d’atteindre 8 milliards d’euros de chiffre d’affaires à l’horizon 2020.

Pour rappel, en 2012, EDF avait attaqué en justice Veolia pour pouvoir monter au capital de Dalkia. Les relations entre les deux groupes se sont envenimées rapidement après 2010 en raison des inimitiés entre Henri Proglio, ancien PDG de Veolia aujourd’hui à la tête d’EDF, et Antoine Frérot, qui lui a succédé à la tête de Veolia.