Bolloré met en vente sa Bluecar et se lance dans l’autopartage à Lyon

Print Friendly, PDF & Email
La Bluecar vraiment bleue pour être vendue aux particuliers.
La Bluecar vraiment bleue pour être vendue aux particuliers.
(Photo : Anne-Claire Poirier)

La Bluecar, voiture emblématique du système d’autopartage parisien Autolib’, est désormais disponible à la vente pour les particuliers au prix de 12.000 € (bonus écologique déduit), auxquels il faudra ajouter 80 € par mois pour la location de la batterie. La citadine de Bolloré fait donc plus fort que la ZOE de Renault, vendue 1 700 € plus cher. Le groupe vise 2 000 immatriculations par an pour commencer. Dans l’autopartage, le groupe souhaite exporter son modèle à Lyon avant la fin de l’année.

18 mois du « meilleur stress-test »

En autopartage en Île-de-France depuis décembre 2011, la Bluecar a subi 18 mois du « meilleur stress test » qui soit, a expliqué Vincent Bolloré lors d’une conférence de presse à Paris. Dans le cadre d’Autolib’, les 1 750 Bluecar en service ont en effet été utilisées pour 1,3 million de trajets, totalisant 12 millions de kilomètres parcourus.

Depuis le dernier trimestre 2012, la voiture était disponible en location, entre 3 et 20 mois, pour 500 € par mois. 250 véhicules ont ainsi été loués à des entreprises et/ou des particuliers. A partir du 22 février, elle sera disponible à la vente dans une vingtaine de boutiques en France. Point positif : la batterie lithium-métal-polymère (LMP) fabriqué par le groupe est garantie à vie et échangée automatiquement au bout de 400.000 km parcourus. Comme sur la Bluecar d’Autolib’, un bouton d’assistance situé sur le tableau de bord permet, en outre, de joindre le centre de maintenance 24/24h. En revanche, l’accès aux services Autolib’, notamment les bornes de recharge, n’est pas compris dans le prix d’achat de la voiture et il faudra compter 15 € supplémentaires chaque mois pour en bénéficier. Enfin l’installation de la solution de recharge à domicile, la Bluebox, est facturée 995 € !

Autolib’ à Lyon « avant la fin de l’année »

Vincent Bolloré (Photo : Anne-Claire Poirier)
Vincent Bolloré, PDG du groupe Bolloré, en VRP des transports propres
(Photo : Anne-Claire Poirier)

Le patron du groupe Bolloré est revenu sur le succès du service d’autopartage Autolib’, qui a passé le cap du million de locations le mois dernier. Toujours en avance de trois ans sur les prévisions initiales, Autolib’ devrait atteindre la rentabilité d’ici « mars-avril 2014 » au lieu de 2017, a réaffirmé Vincent Bolloré. Le service compte actuellement 63.000 abonnés à l’année dont 25.000 abonnés Premium (qui utilisent le service au moins deux fois par semaine). « Il en faudrait 60.000 pour être à l’équilibre », a-t-il rappelé.

Le service Autolib’ devrait s’exporter rapidement dans d’autres villes françaises : « avant la fin de l’année à Lyon, puis à Bordeaux », a précisé Vincent Bolloré. A Lyon, un service d’autopartage développé par Car2Go (Daimler) avait été lancé en 2012 avant de s’interrompre après trois mois d’exploitation suite à un différend sur le nom…

En juillet dernier, le groupe Bolloré annonçait être en « discussion avancées » avec une grande ville européenne pour y implanter son service. Sans nouvelles pour l’instant.

En revanche, le groupe a décidé de profiter de la popularité du service d’autopartage, pour mettre précocement en bourse 10% de son activité voiture électrique d’ici l’automne prochain, en même temps que son activité de batteries. Le groupe a déboursé près de 2 Mds € pour soutenir le lancement de ces deux activités. « Autolib’ nous coute 50 M€ par an », a rappelé Vincent Bolloré.

__________

Pour aller plus loin :

  • Consultez, ci-dessous, le chapitre Ecomobilité de notre Panorama des cleantech 2013, également téléchargeable ici