En bref : Enerplan, Ademe, France Solar Industry

Print Friendly, PDF & Email

France

  • Eco-technologies

« Sur l’ensemble de la filière des éco-technologies, l’Ademe a lancé depuis un an 28 appels à manifestations d’intérêt dans le cadre des Investissements d’avenir, dont 23 sont clos. Nous avons reçu 400 projets au total et une soixantaine ont déjà été sélectionnés. Sur ce nombre, 35 sont engagés et une vingtaine sont actuellement dans les services du Premier ministre pour validation », rapporte François Moisan, directeur exécutif de la stratégie et de la recherche de l’Ademe. Un bilan d’étape présenté lors du deuxième colloque solaire thermodynamique du Syndicat des énergies renouvelables, à Paris, ce 5 juillet. François Moisan a aussi rappelé que près d’1 M€ d’aides ont déjà été engagées, et 2 Mds€ au total sont dans les tuyaux. Par ailleurs, l’Ademe officialise son fonds FCPR Ecotechnologies monté avec CDC Entreprises. Ce véhicule, dont GreenUnivers avait précisé les contours mi-juin, va investir 150 M€ en capital dans des PME innovantes des cleantech.

  • Solaire

Petite révolution juridique pour l’association professionnelle de l’énergie solaire Enerplan : l’organisation se transforme en « syndicat patronal et interprofessionnel », une évolution actée en assemblée générale. Fondée en 1983, Enerplan (200 membres) a désormais pour mission « l’étude et la défense des droits, ainsi que des intérêts matériels et moraux de ses membres professionnels du secteur de l’énergie solaire en France. » Ses anciens statuts faisaient état d’une mission moins politique centrée sur « la promotion des entreprises, des techniques et des productions de ses membres ». Avec le Syndicat des énergies renouvelables (et sa branche solaire Soler) notamment, Enerplan est monté au front politique ces trois dernières années pour défendre (en vain) la filière dans un contexte réglementaire fortement chahuté. Cette évolution juridique semble donc naturelle alors que le nouveau gouvernement souhaite faire de la transition énergétique un axe structurant de sa politique. Depuis 2010, plusieurs associations professionnelles se sont créées sur le solaire comme l’Association des industriels du photovoltaïque français (AIPF) et le Synaip. Enerplan souhaite donc s’affirmer d’avantage.

  • Solaire

Une vingtaine d’entreprises solaires membres du Syndicat des énergies renouvelables (SER) se sont déjà rangées sous sa bannière « France Solar Industry », créée en début d’année pour promouvoir à l’international le savoir-faire français et attaquer des marchés sur le photovoltaïque, le photovoltaïque à concentration et la solaire thermodynamique. « Des pays cibles ont déjà été identifiés comme l’Algérie, la Tunisie, le Maroc, l’Inde, le Liban, la Turquie, l’Afrique du sud, le Qatar, les Emirats Arabes Unis… », a énuméré Jean-Louis Bal, président du SER lors d’une présentation au deuxième colloque solaire thermodynamique du syndicat à Paris. France Solar Industry est le pendant solaire d’un dispositif similaire sur l’éolien monté par le SER : Windustry France.