Offensive allemande pour harmoniser les bornes de recharge électrique

Print Friendly, PDF & Email

Comment faciliter l’utilisation des bornes de recharge ? Pour répondre à cet enjeu crucial pour le décollage du marché des véhicules électriques et hybrides rechargeables en Europe, six grands industriels allemands s’unissent pour proposer leur propre réponse via une joint venture : Hubject, basée à Berlin.

Fondée par les constructeurs automobiles Daimler et BMW, les énergéticiens EnBW et RWE, et les équipementiers Bosch et Siemens, Hubject souhaite déployer un système fondé sur un abonnement standardisé et unique pour tous les utilisateurs. Un dispositif qui se veut ouvert et vise à intégrer le plus grand nombre possible de partenaires.

Faciliter et sécuriser la recharge

La nouvelle société va travailler sur le « roaming », c’est-à-dire l’interface de communication entre le réseau d’installations de charge et le véhicule. C’est grâce à cette interface que les conducteurs peuvent notamment payer leur consommation mais aussi avoir accès à d’autres services comme identifier les stations de recharge disponibles les plus proches.

Les utilisateurs posséderont un compte unique et personnel qui leur permettra de recharger dans n’importe quelle borne arborant le logo Hubject. Un premier test doit avoir lieu l’été prochain en Allemagne. A terme, les bornes estampillées Hubject devraient être présentes dans tout le pays.

Cacophonie de standards

Annoncée depuis janvier dernier, cette task force allemande se lance alors que de nombreuses initiatives existent déjà pour tenter d’harmoniser les bornes de recharge, notamment sur le plan des standards. En France, Renault et Schneider Electric sont à l’origine de la norme EV Ready : un ensemble de spécifications techniques pour les bornes de recharge et leurs installations qui garantit notamment leur interopérabilité. L’Alliance Renault Nissan, PSA Peugeot Citroën et Mitsubishi codéveloppent EV Ready depuis 2011.

Au Japon, les constructeurs Toyota, Nissan, Mitsubishi et Fuji Heavy Industries (Subaru) et l’énergéticien Tepco se sont associés en 2010 pour proposer une standardisation des bornes de recharge rapide sous le nom de CHAdeMO. Sa vocation, comme celle de ses concurrents, est de s’imposer sur un marché international qui risque, pour le moment, de se noyer dans une profusion de standards.

Les industriels ne sont pas les seuls à s’intéresser à la cohérence des infrastructures de recharge. L’Union Européenne a lancé en mars 2011 le programme Green eMotion, qui étudiera pendant 4 ans les solutions possibles pour harmoniser le réseau de bornes de recharge en Europe. Doté d’un budget total de 42 millions d’euros, il doit permettre d’identifier les meilleures technologies parmi les diverses initiatives nationales et régionales.