Le marché photovoltaïque français a-t-il un ventre mou ?

Print Friendly, PDF & Email

Le marché solaire français est divisé en trois grands segments qui évoluent aujourd’hui à des rythmes bien différents. Les petites installations intégrées au bâti (inférieures à 100 kW), régies par des tarifs d’achat, se remettent lentement du moratoire. A l’inverse, les grands projets supérieurs à 250 kW, attirent les foules. Entre les deux,...

Ce contenu est réservé à nos abonnés. Pour lire la suite, vous devez vous abonner ou vous identifier.