Biomasse : un coup de pouce supplémentaire sur les grandes centrales

Print Friendly, PDF & Email

Le gouvernement fait un effort supplémentaire pour la biomasse : alors que l’appel à projets « Biomasse 4 », lancé en juillet 2010, avait un objectif très modeste de 200 MW, il a finalement validé 420 MW de projets, soit la totalité des dossiers jugés recevables  par la Commission de Régulation de l’Energie (CRE). Quinze projets de plus de 12 MW ont donc été retenus. Ils devraient générer 1,4 milliard d’euros d’investissements, selon Nathalie Kosciusko-Morizet, la ministre de l’Ecologie.

Le plus important est la centrale biomasse de Provence développée par le groupe allemand EON à Meyreuil-Gardanne (Bouches-du-Rhône) qui vise 150 MW de puissance électrique. Il s’agit d’un projet de reconversion d’une unité thermique utilisant du charbon et du coke de pétrole en centrale à base de bois et de produits végétaux.

Les autres dossiers visent des puissances électriques inférieures à 26 MW. L’ensemble des 15 projets est à peu près réparti sur tout le territoire et utilisera essentiellement de la biomasse forestière comme combustible. Seul un projet de 12,5 MW en Aquitaine prévoit d’utiliser des déchets agricoles et un en Ile-de-France de 18 MW des déchets industriels banals non recyclables

Cet appel à projets était réservé aux centrales de plus de 12 MW, le gouvernement ayant décidé pour les unités de cogénération comprises entre 5 et 12 MW de laisser le marché s’organiser seul, sur la base d’un tarif de rachat fixé par l’Etat.

Le ministère de l’Ecologie a annoncé le lancement d’un nouvel appel à projets pour la production d’énergie à partir de biomasse « mi-2012, après concertation ». Le dispositif pourrait donc être modifié. Avec les élections l’année prochaine, l’incertitude pourrait perdurer encore quelques mois.

 

Article précédentLes plus grands parcs éoliens terrestres en France (2011)
Article suivantDes fonds pour les EcoCités

2 COMMENTS

  1. une fois de plus rien n’est fait pour structurer l’offre locale, ont prétend financer des opérations mais depuis 10 ans la filière de production de combustible biomasse bois énergie piétine … et en plus en Ile de france au lieu de pousser à l’élaboration d’une véritable filière ont privilégie les bois déchets de classe orange…. donc les grands groupe de recyclage … au lieu d’organiser convenablement une réunion des différents partenaires afin que les financements puissent être enfin mis sur la table, qu’ils soient publics ou privés … Nous marchons sur la tête.
    Nous ne pourrons pas tenir les offres du grenelle et à ce rythme le gaz sera la seule solution tangible car facile à mettre ne oeuvre. Faisons le bilan des CRE 1,2,3 et des 4 bciat ou en sommes nous sur le terrain, combien d’entreprise et d’entrepreneur ont déposé le bilan sur les 10 dernières années faute de n’avoir en face aucune possibilité de contrat sur le long terme à des prix cohérents ! Mesdames et Messieurs les journalistes du web, de la presse écrite et de l’audiovisuel s’il vous plait allez sur le terrain et ne prenez pas les annonces des Ministères ou de l’ADEME pour du pain bénit … allez sur le terrain dans la réalité des investissements à faire pour que cette filière soit pérenne et faisons les comptes …
    Je ne suis pas pessimiste, mais il faut dire la vérité …et ne pas faire croire à un miroir aux alouettes là ou le marché des ENR et les investisseurs n’ont aucune visibilité car à ce jour en France rien n’est fait, hormis dans certaines région ou les politiques locales ont pris le pas sur l’investissement privé mais pour combien de temps … passé l’illusion de l’image et des prochaines élections qu’en sera t’il réellement … nous avons quelques années de retard sur nos voisins et au lieu de bénéficier de leurs expériences nous reproduisons, mais à la Française, les expérimentations passées… Nous parlons déjà des carburants issus de matière ligno-cellulosique alors que nous sommes à la peine dans l’alimentation de simple chaufferie bois, aucun des plan d’approvisionnement ne tiendra la distance et tout le monde ferme les yeux, c’est inconcevable et irresponsable. Tant d’énergie déployé, d’argent dépensé, de capacité humaine à bien faire et à innover … pour quoi ?! que à la table des appréciations nous ne trouvions que des administrations ou des organismes para-publics sans les professionnels. Irresponsable oui c’est le mot …

Comments are closed.