Forte hausse des investissements étrangers dans les cleantech en France

Print Friendly, PDF & Email

Soleil au zénith pour l’attractivité de la France en matière de green business ! Le bilan 2009 de l’Agence française pour les investissements internationaux (Afii), présenté hier, témoigne de la « montée en puissance de nouveaux secteurs très dynamiques comme les éco-industries », a indiqué David Appia, président de l’Afii.

Le résultat est surtout visible dans l’énergie, où le nombre de projets a bondi de 33 en 2008 à 73 l’année dernière. Le secteur représente 12% du total des projets d’investissement 2009, contre 5% seulement en 2008. Une augmentation tirée par les énergies renouvelables, pour lesquelles l’Afii a recensé 59 projets en 2009, contre 21 en 2008.

« Le développement d’investissements structurants dans les secteurs couverts par le « Grenelle de l’environnement » a certainement contribué à l’amélioration de l’attractivité du site France », indique l’Afii dans son rapport.

Le solaire en pointe

Les énergies renouvelables font donc beaucoup mieux que la plupart des secteurs. Globalement, l’Afii a dénombré 639 projets d’investissement créateurs d’emplois en 2009 en France, presque autant qu’en 2008 (641). Ils permettront de maintenir ou de créer 29 889 emplois (contre 31 932 en 2008).  Allemagne, Etats-Unis, Italie et Espagne sont les quatre premiers pays d’origine des investissements étrangers en France.

Parmi les énergies renouvelables, c’est le photovoltaïque qui intéresse le plus les entreprises étrangères. Grâce à des tarifs d’achat parmi les plus généreux au monde et à de bonnes conditions d’ensoleillement, le marché français a connu un décollage impressionnant en 2009 : avec 185 MW raccordés au réseau, le parc a plus que triplé en un an pour atteindre 268 MW fin 2009, selon les données du Commissariat général au développement durable.

Les groupes étrangers se sont précipités pour en profiter et trouver là un relais de croissance après l’effondrement du marché espagnol. Ils ont aussi bénéficié de la faiblesse de la filière française en matière de production de panneaux photovoltaïques. Les allemands Aleo Solar et IBC Solar, le chinois Yingli ou encore les américains First Solar et Energy Conversion Devices font partie de ceux qui ont renforcé leurs équipes dans l’Hexagone ces derniers mois ou qui ont annoncé des projets de créations de sites.

Consulter ici le Bilan Afii 2009 (PDF)