Les fonds français cleantech veulent doubler leurs investissements

Print Friendly, PDF & Email

Accélération en vue pour les investissements dans les cleantech : les fonds membres du nouveau Club Cleantech de l’Association française des investisseurs en capital (Afic) comptent doubler le volume de leurs investissements dans les cinq ans à venir, selon une enquête réalisée par Ernst & Young. Ils atteindraient ainsi 1,930 milliard d’euros.

Depuis 2005, ces investisseurs ont misé 1,130 milliard d’euros dans les cleantech, dont environ 500 millions dans des infrastructures (centrales solaires…).

Ces chiffres ont été présentés le 18 février, lors de la première réunion du Club Cleantech Afic, qui compte 52 membres, dont 34 investisseurs et 18 membres associés (conseils…).

Plus d’une centaine de personnes, dont de nombreux représentants de l’écosystème, étaient venues écouter Michèle Pappalardo, Commissaire générale au développement durable (MEDDM), et Bettina Laville, membre de la Commission du « Grand Emprunt « .

Les deux invitées ont été interrogées sur les secteurs des cleantech dans lesquels la France a le plus d’atouts. Pour Michèle Pappalardo, les biocarburants de troisième génération, la captage et stockage du CO2, la biomasse ou le bâtiment vert sont les domaines les plus porteurs. Bettina Laville parie de son côté sur le solaire, le smart grid et également le bâtiment vert.