Le Pays de Galles en force sur l’énergie marine

Print Friendly, PDF & Email

Image 18Le Pays de Galles veut devenir l’un des leaders de l’énergie marine. Ces côtes présentent l’un des plus grands potentiels d’Europe et devraient l’aider à atteindre ses objectifs en matière d’énergie propre.

Les autorités galloises ambitionnent, en effet, de produire d’ici 15 ans plus d’électricité que la nation n’en consomme grâce aux énergies renouvelables. Le potentiel de production à base de sources renouvelables est estimé à 50 TWh à l’horizon 2025. La consommation d’électricité actuelle du Pays de Galles est de 23 TWh.

Les seules ressources énergétiques liées aux marées et aux mouvements des vagues sont estimées à 40 GW, dont 4GW envisagés d’ici 2025.

Une vaste centrale marémotrice

Près de 30 milliards de dollars (20 milliards d’euros) d’investissement sont envisagés pour un projet de centrale marémotrice de plusieurs gigawatts sur le fleuve Severn. Le potentiel énergétique du projet est évalué à 9 GW.

L’estuaire de la Severn est au deuxième rang mondial par l’amplitude des marées et offre de nombreuses options de production d’énergie marine. Ce lieu pourrait produire, à lui seul, 5% des besoins énergétiques du Royaume-Uni, selon les estimations.

Des coûts de production élevés

Une étude de faisabilité a été lancée en janvier 2008 et doit s’achever fin 2010. A l’issue d’une première phase, 5 options ont été retenues. Une première consultation publique a déjà eu lieu, et une seconde est prévue en 2010.

La deuxième phase en cours consiste à étudier les 5 projets en détails : 3 barrages et 2 projets en lagons (barrages de Beachley, Brean Down, Shoots, Bridgwater Bay Lagoon, Fleming Lagoon, voir notre carte).

Des premières estimations de coût de production ont été réalisées : il s’élèverait entre 104 livres (114 euros) et 183 livres (201 euros) le MWh. Une facture élevée en comparaison des prix moyens de production du MWh des autres énergies propres : éolien onshore (68 livres, 74 euros), éolien offshore (76 livres, 83 euros) ou encore biomasse (112 livres, 123 euros).

Technologie : Marine Current Energy
Technologie : Marine Current Turbines

Le début de la construction n’est pas prévue avant 2015 pour une mise en service à l’horizon 2020. Plusieurs technologies sont envisagées par les autorités mais aucune n’est encore arrêtée. Les autorités galloises sont en quête d’industriels et de technologies.

Un début de filière

D’autres endroits stratégiques ont été identifiés par les autorités comme la baie de Swansea et la zone près de Lynmouth pour d’autres projets d’énergie marine, comme des hydroliennes.

Des industriels du Royaume-Uni sont sur les rangs, comme Lunar Energy ou Tidal Stream, qui fabriquent des hydroliennes et des hydroturbines. L’irlandais Open Hydro est aussi actif sur ce marché tout comme le britannique Marine Current Turbines, qui a déjà testé ses hydroliennes au large des côtes galloises. Un projet qui bénéficie du soutien financier de la filiale britannique d’EDF, EDF Energy.

Une autre société anglaise spécialisée dans l’énergie des vagues, Pulse Tidal, se positionne. Elle vient de remporter une subvention de 8 millions d’euros du Fonds européen pour la recherche et le développement.