Objectifs de l’Inde : réduire de 20 à 25% son « intensité carbonique »

Print Friendly, PDF & Email

Une semaine après la Chine, l’Inde vient à son tour de s’engager à réduire de 20 à 25% ses émissions de gaz à effet de serre par point de croissance de son PIB –« un ratio dit intensité carbonique »– d’ici 2020 par rapport à 2005, a annoncé le ministre indien de l’Environnement Jairam Ramesh, peu avant l’ouverture le 8 décembre du Sommet de Copenhague sur le climat.

Jusqu’ici l’Inde refusait de chiffrer un engagement en matière de réduction d’émissions. En outre, le pays s’est aussi fixé des objectifs extrêment ambitieux de développement de l’industrie solaire.

L’Inde, l’un des plus gros pollueurs de la planète, était sous pression depuis les annonces récentes de la Chine et des Etats-Unis s’engageant à réduire leurs émissions. Quelques jours plus tôt, Pékin a annoncé pour la première fois un objectif pour 2020 : celui de réduire de 40 à 45% ses émissions par point de croissance.

Pour la Chine comme pour l’Inde, ces engagements ne signifient pas une réduction de leurs émissions — puisque leur économie est en croissance — mais seulement une augmentation nettement plus lente dans les années qui viennent. Si par exemple, l’Inde croît comme prévu de 6,5% en 2010, cela signifie que ses émissions croîtront nettement.

Mais il est vrai que si globalement l’Inde est un gros émetteur, les émissions moyennes par habitant y sont huit fois moindres que celles d’un Britannique, par exemple.

Les Etats-Unis, 2e pays émetteur mais l’un des premiers par habitant, ont eux annoncé vouloir réduire de 17% leurs émissions polluantes d’ici à 2020 par rapport à 2005. L’Union européenne promet elle une réduction de 20% par rapport à 1990.

Voit notre Repère : les objectifs de réduction des émissions par pays

Article précédentPG&E rachète un parc d’Iberdrola aux USA (Premium)
Article suivantGE recommence à développer des parcs éoliens, et voit grand pour 2010 (Premium)