« La » success story boursière des cleantech

Print Friendly, PDF & Email

buffettIl y a exactement un an, alors que Lehman Brothers faisait faillite, le célèbre milliardaire américain Warren Buffett achetait 9.9% d’un groupe chinois guère connu en Occident, BYD (abbrévation de Build Your Dreams).

BYD était alors le leader chinois  des batteries à bas coût pour téléphones portables, un gros fournisseur de Motorola, Nokia, Samsung ou encore LG, et un nouveau constructeur automobile en pleine ascension en Chine.

Mais si Warren Buffet (plus exactement sa holding Berkshire Hathaway) y a investi, c’est parce que BYD affichait déjà l’ambition de devenir un leader mondial des voitures électriques.

A l’époque, Warren Buffet  payé 225 millions d’actions pour 230 millions de dollars. Car l’action BYD (qu’on peut suivre sur les sites boursiers avec le ticker BYDDF.PK) valait en gros 1 dollar.

Aujourd’hui , l’action BYD cote plus de  8 dollars : elle a été multipliée par 8 !

C’est la plus forte hausse de toutes les valeurs d’Asie depuis le début de la crise financière. S‘il revendait, Buffett encaisserait un bénéfice de 1,7 milliard de dollars… Car quantité d’investisseurs et de boursicoteurs imitent les choix de l’ « Oracle d’Omaha », le surnom de Buffett aux Etats-Unis. Et donc font monter le cours.BYD revenus

Un succès boursier marqué aussi par des volumes d’échanges impressionnant : plus d’un million d’actions ont par exemple changé de main le 15 septembre, contre quelques dizaines de milliers par jour il y a un an.

Selon la presse, Buffett aurait proposé sans succès à BYD de pendre 25% du groupe. Cette simple éventualité a contribué à encore faire bondir le cours de Bourse.

Un fils d’Edison et de Welsh ?

L’audacieux patron de BYD, Wang Chuan-Fu, une combinaison de l’inventeur Thomas Edison et de Jack Welsh (l’ancien patron de General Electric), selon les associés de Buffett, a créé BYD en 1995 et en a fait un géant des batteries en 2000. Puis il s’est lancé dans l’automobile en 2003 en rachetant un constructeur étatique. Partant de zéro, sa F3 est désormais le 4ème modèle le plus vendu en Chine.

En 2008, coup de théâtre. BYD réussit à lancer le premier au monde une voiture électrique (qui se branche sur une prise de courant) de masse, coiffant les Occidentaux au poteau : la F3DM, une modèle hybride-électrique, lancé en Chine, d’une autonomie d’environ 100 km par charge(Voir la fiche de la F3DM dans notre Annuaire des voitures électriques).

Il compte lancer un modèle tout électrique aux Etats-Unis dès l’an prochain, la e6, qui devrait coûter le double de la F3DM.byd CA

BYD veut aussi s’introduire à la Bourse chinoise de Shenzhen en septembre 2010 par une émission de 100 millions d’actions, afin de financer plus vite son activité de production de batteries lithium-ion pour voitures électriques.

Et pourtant… BYD n’a pour l’instant vendu qu’une poignée (31 unités ) de F3DM en Chine sur les 7 premiers mois de l’année, car son coût est très élevé pour les Chinois : 150.000 yuans, soit 22.000 dollars.

C’est pourquoi le groupe s’est tourné vers le gouvernement et a déposé une demande pour que la F3DM soit choisie pour l’attribution d’aides à l’achat allant jusqu’à 50.000 yuans (7.300 dollars) par unité. Mais ce n’est pas gagné, car l’idée de subventions d’Etat à l’achat de ces voitures considérées comme des biens de luxe reste mal vue en Chine.

En revanche, côté voitures classiques, BYD caracole et a presque triplé ses ventes au 1er semestre, à 176.000 unités, et en prévoit 400.000 sur l’année. L’un de ses rivaux, le groupe Chery, autre ambitieux constructeur chinois, va lancer sa première voiture électrique, la S18, en 2010.