Avalanche solaire : la surproduction de cellules écrase les prix et les bénéfices

Print Friendly, PDF & Email

isuppli_pv_module_production_aug_09_550Après plusieurs années de croissance à grande vitesse, le solaire est victime de son succès : les bénéfices des producteurs de cellules et panneaux sont laminés par une surproduction massive, pourtant largement prédite, qui écrase les prix, soulignent les instituts iSuppli et Display Research.

Les fabricants ne devraient sortir vraiment de cette crise qu’en 2011-2012 – avec une consolidation entre-temps et de grands acteurs qui réussissent à bien résister — mais ensuite l’avenir du solaire s’annonce radieux, porté par la future demande,  selon leurs études publiées ces derniers jours.

La production mondiale de cellules solaires photovoltaïques devrait bondir de 56% en 2009 : les capacités mondiales de production atteindront 17 GW et continueront à gonfler pour dépasser 42 GW en 2013, selon une étude de DisplaySearch (groupe NPD), avec une augmentation moyenne de 49% par an pendant les 5 prochaines années.

Mais à l’inverse la demande de cellules a diminué cette année de 17%, pour cause de crise du crédit.

D’où une énorme surproduction et un effondrement des prix. Pour Display Research, l’équilibre ne reviendra qu’à partir de 2011, lorsque la demande aura progressé, soutenue par les diverses aides gouvernementales.

Les fabricants asiatiques, américains ou européens, de plus en plus nombreux sur le marché, ont en effet multiplié les ouvertures d’usines et les augmentations de capacité : entre janvier 2008 et juillet 2009, 11,4 GW de nouvelles capacités ont été installées dans le monde.

Charles Annis, auteur de l’étude de Display Research, pronostique « une rapide baisse des prix, un gonflement des stocks, une réduction des marges, des pertes chez de nombreux producteurs et probablement des consolidations dans le secteur. Mais un autre boom va venir et l’industrie va murir et continuer à croître ».

Même analyse pour le cabinet iSuppli, qui prédit depuis un an une suproduction massive en 2009 et une chute des prix de plus de 20%. et s’attend à une situation de surplus jusqu’en 2012.

« Nous prévoyons une surproduction de modules de 90% cette année, selon l’analyste senior Stefan de Haan. Ce sera le pic de l’engorgement. Près de la moitié des panneaux solaires fabriqués en 2009 ne seront pas vendus cette année », tout comme déjà en 2008. iSuppli s’attend à une production cette année de 7,5 GW, en hausse de 14% par rapport à 2008, mais avec seulement 3,9 GW installés.

Mais à partir de 2010 la situation s’atténuera grâce à un ajustement des volumes produits et une amélioration de la demande, et se résoudra à partir de 2012 grâce à une rapide hausse de la demande qui absorbera l’offre, selon le cabinet.

Cellules à couches minces

Les cellules à couches minces, nettement moins chères à produire que celles en silicium, devraient peu à peu accroître leur part de marché, jusqu’à 35-40% en 2013 contre 15% fin 2008, selon iSuppli. Display Research s’attend pour sa part à ce que la production de cellules à couches minces passe de 20% du total cette année à 30% d’ici 2013.

Suntech n°1

Le plus gros producteur mondial en terme de capacités est pour l’instant First Solar, avec 1 GW de capacité, suivi de l’allemand Q-Cells et du chinois Suntech Power Holdings, selon Display Research.

D’ici 2013, outre ces trois leaders, les 10 plus grand devraient être JA Solar Holdings, le taïwanais Motech Industries, le norvégien Renewable Energy Corp (REC), l’américain SunPower, le chinois Yingli Green Energy Holding et les japonais Showa Shell Sekiyu KK . Leur capacité totale cumulée est prévue à 16 GW, soit 38% de la production mondiale.

iSuppli prévoit en revanche que le plus gros producteur mondial sera cette année le chinois Suntech Power Holdings, juste devant l’allemand Q-Cells.

Les grands producteurs asiatiques comme Suntech, le japonais Sharp, les chinois Yingli Green Energy et JA Solar défendent d’ailleurs leur part de marché en continuant sans faiblir à accroître leur production « comme s’il n’y avait jamais eu de récession », souligne l’analyste d’ iSuppli Henning Wicht, qui table sur une consolidation du secteur. Encore la semaine dernière, le japonais Sanyo Electric n’a pas hésité à annoncer le doublement de sa production de panneaux solaires en 2011.

Pourtant, même eux commencent à être touchés : le géant chinois Suntech a annoncé une chute de 82% de son bénéfice au 2e trimestre et revu en baisse ses prévisions de ventes pour l’ensemble de 2009.

Plus touché encore, le producteur allemand Q-Cells vient d’annoncer qu’il allait réduire sa production en supprimant 500 emplois, soit 25% de ses effectifs, fermé des lignes de production et autres mesures d’économies drastiques pour réduire ses coûts de production de 25%. Son chiffre d’affaires a baissé de 36,8% à 366,2 millions d’euros au 1er semestre avec une perte opérationnelle de 47,6 millions contre un bénéfice de 119 millions un an plus tôt. Q-Cells avait maintenu sa production stable au 1er semestre, à 272 MW, mais a constaté que les prix des cellules se sont effondrés d’environ 20% au 2ème trimestre par rapport au 1er trimestre. D’où sa décision de réduire la voilure.

Les producteurs américains SunPower et BP Solar, filiale de BP, ont aussi réduit leur production ou leurs projets d’expansion. Mais en fait, ceux qui ont réduit leur production pour s’ajuster à une demande en baisse auront souffert plus que les autres de la chute des prix.

A noter que le chinois LDK Solar, qui fournit Q-Cells en wafers de silicium, a lui aussi creusé ses pertes au 2e trimestre, car les prix du silicium sont également touchés par une surproduction.

Display Research estime que les plus touchés seront entre autres l’allemand Solon et les nouveaux producteurs chinois qui ont ouvert des lignes de production méthode “Siemens”.  Autres victimes possibles, selon Climatewire, des producteurs américains de taille moyenne comme Advent Solar, DayStar Technologies et Blue Square Energy.

En revanche, les plus gros comme First Solar, dont les coûts de production sont très bas, SunPower, qui offre des produits de haute qualité, ou encore Canadian Solar ont réussi à annoncer de bons résultats au 2e trimestre.

Parmi les fautifs, iSuppli pointe du doigt l’Espagne, qui a très nettement réduit ses subventions au solaire cette année alors qu’en 2008 elle avait attiré la moitié des installations solaires mondiales.