Un champ de pétrole qui marche au solaire !

Print Friendly, PDF & Email

brightsource2Ce serait une centrale solaire californienne banale, voire tout à fait modeste face aux pharaoniques projets annoncés dans la région. Sauf qu’elle sera installée dans un champ de pétrole, pour en doper la production. Un mariage troublant.

L’installateur de centrales solaires thermiques BrightSource Energy pose une centrale de 29 MW sur un champ pétrolier du groupe Chevron à Coalinga, en Californie. Elle sera constituée de  7.000 miroirs qui réfléchiront les rayons solaires vers un réservoir de 90 mètres de haut rempli d’eau, qui, chauffée, produira de la vapeur. Démarrage : fin 2010.

Dans une centrale solaire thermique habituelle, cette vapeur ferait tourner une grande turbine qui produirait de l’électricité. Mais au fond, une centrale solaire thermique est d’abord une machine à fabriquer de la  vapeur.

Et cette fois, la vapeur sera injectée dans les puits de pétrole pour réchauffer l’épais pétrole brut californien, qui ainsi jaillira plus facilement. En général, les groupes pétroliers se procurent  leur vapeur en brûlant du gaz naturel ou même du pétrole.

Le mariage du groupe pétrolier et de BrightSource, l’un des promoteurs des plus grands projets du soleil californien, ne date pas d’hier. Chevron a investi dans BrightSource, et l’utilisation du solaire pour son activité lui permettra d’afficher une baisse de son empreinte carbone, tout en évitant de recourir au gaz, au cours fluctuants. Deux autres grands groupes pétroliers ont injecté des fonds dans BrightSource : BP et le norvégien StatoilHydro.

Quant à BrightSource, qui a signé des contrats pour installer au total 2,6 GW de centrales solaires en Californie, en partenariat avec les compagnies d’électricité californiennes, ce contrat lui permettra une lucrative diversification technologique,et un test à grande échelle, lui qui en fait n’a installé réellement qu’une centrale pilote de 6 MW en Israël, en attendant que les rêves du désert californien se réalisent.

Deux concurrents de BrightSource, les groupes de solaire thermique Ausra et l’israélien eSolar, eux aussi courtisent les groupes pétroliers, qui essaient de réduire leurs coûts d’extraction en réduisant leur consommation de gaz. Mais le très bas prix du gaz – au plus bas actuellement en Californie – défavorise pour l’instant l’alternative du solaire auprès des pétroliers. Pour qu’il soit compétitif, il faudrait que le cours du gaz triple.